Aller au contenu principal
Font Size

L’intérêt du soja régional se confirme en système foin

Essais en Rhône-Alpes. Les graines de soja crues aplaties ont été comparées au tourteau de soja. Les quantités de lait sont peu impactées, le TP augmente de 0,5 g/l et le TB diminue de 1 g/l.

Après une première étude en 2013, le centre d’élevage de Poisy en Haute-Savoie a renouvelé des essais sur les graines de soja crues dans des rations à base de foin, regain et maïs épis. L’ambition était d’acquérir des références pour l’autonomie régionale en protéines, afin de répondre aux exigences des cahiers des charges concernant le non OGM, avec du soja produit en Rhône-Alpes. Les essais ont été menés avec le soutien de la région dans le cadre du Pep bovin lait avec multiples partenaires(1).

Deux lots de 34 vaches chacun ont été comparés pendant 6 semaines l’hiver dernier : l’un a reçu une complémentation protéique à base de 2,6 kg de graines crues de soja aplaties, et l’autre 1,4 kg de tourteau de soja 48. Le reste de l’alimentation était identique (6,7 kg de foin, 3,4 kg de regain, 5,4 kg d’ensilage d’épis de maïs, 1 kg de tourteau de soja et 1,4 kg d’orge). Dans le premier lot, le taux de matière grasse de la ration atteignait 4 % de matière grasse, contre 2,5% pour la ration tourteau de soja. Les six semaines suivantes, l’essai s’est poursuivi en conservant quasiment le même régime, mais en augmentant le niveau de complémentation en graines de soja pour approcher les 5 % de matière grasse dans la ration totale (taux maximum recommandé). Le lot « graines » a ainsi reçu 3,4 kg de graines crues par vache par jour et le second 2 kg de tourteau de soja.

L’apport de graines crues est plafonné à 2,5-3 kg par vache et par jour

Pour quels résultats ? La première ration (2,6 kg de graines/VL/j) a favorisé légèrement la production laitière ; par contre, la seconde (3,4 kg de graines/VL/j) est venue annuler cet effet positif. « Globalement, l’ajout de graines a un effet relativement limité sur les performances laitières, résume Thierry Hétreau du centre de formation de Poisy. Le TP a tendance à augmenter (+0,50 g/l) et le TB (+0,99 g/l) à diminuer. Étant donné l’effectif limité de vaches dans l’essai, cette différence n’apparaît pas significative, mais la tendance est bien là. » L’essai confirme aussi qu’avec une ration proche des 5 % de matières grasses, les performances techniques et économiques baissent. « Ce seuil constitue une limite à l’incorporation de graines crues dans les rations des vaches laitières. C’est pourquoi une autre piste peut s’avérer intéressante : celle du tourteau expeller, qui est fabriqué dans la région par une coopérative locale. » Ce type de tourteau, plus gras qu’un tourteau classique (10 % MG ? A PRECISER MERCI), permet d’augmenter les quantités distribuées et donc de mieux couvrir les besoins en protéines, en étant moins bridé par la contrainte liée à la teneur en matières grasses. Des essais menés il y a deux ans, en régime foin regain mais épis, avaient montré que la substitution de 3 kg de tourteau de colza par 2,7 kg de tourteau expeller avait un effet positif sur le lait (+2 l/VL/j) et négatif sur les taux (-1,2 TP, -1,6 TB). « Avec un prix de base à 340 €/1 000 l, le gain sur la recette laitière s’élève à 29 €/1 000 l. Si dans l’assolement, le soja(2) se substitue à une partie du maïs grain (vendu à 140 € avec un rendement de 90 q/ha), à partir d’un rendement de soja de 29 q/ha, on parvient à l’équilibre par rapport à la stratégie d’achat de tourteau de colza. »

(1) AFTalp (association des 7 AOP-IGP des Savoie), groupe Dauphinoise, Jura Mont-Blanc, Terres Univia (interprofession des huiles et protéines végétales), chambre d’agriculture Savoie Mont-Blanc, Institut de l’élevage, Eleveurs des Savoie et Fromages de Savoie.(2) Produit à 735 €/ha

Les graines aplaties se conservent bien

Lors de l’essai, le troupeau a apprécié la graine de soja crue aplatie, un produit appétent. Aucun souci métabolique n’a été relevé, ni de rancissement des graines n’a été observé en aplatissant les graines une fois par semaine (A CONFIRMER). « Des essais menés en Allemagne ont même montré qu’il était possible de conserver des graines de soja aplaties plusieurs mois à l’avance sans problèmes de conservation », précise même Thierry Hétreau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière