Aller au contenu principal
Font Size

L’insémination par l’éleveur gagne du terrain

Plus de 3 200 éleveurs ont déclaré 367 000 IA auprès des EDE en 2013, soit 22 % d’IA de plus qu’en 2012. Cette activité séduit de plus en plus mais reste encore marginale. Êtes-vous tenté ?

Les formations à l'insémination durent trois ou quatre jours et peuvent faire l'objet d'un financement du Vivea.
Les formations à l'insémination durent trois ou quatre jours et peuvent faire l'objet d'un financement du Vivea.
© F. Mechekour

Se réapproprier la gestion de la reproduction de son troupeau, se recentrer sur l’élevage, mieux s’organiser, être plus technique pour élever le niveau d’échanges avec les techniciens ou vétérinaires, réaliser des économies sur le poste insémination, diminuer les risques sanitaires… telles sont les principales motivations évoquées par les éleveurs qui se forment à la pratique de l’insémination.

5,2% des IA pratiquées

Ils sont de plus en plus nombreux à le faire, comme l’illustrent les statistiques de l’Institut de l’élevage. « Près de 4 500 éleveurs inséminateurs étaient réglementairement déclarés en 2013 dans le système national d’information génétique, et parmi eux, 3 230 ont déclaré des inséminations bovines. L’activité insémination par l’éleveur (IPE) a été multipliée par trois depuis 2008 », indique Pascale Le Mézec, du département génétique.

Une pratique courante dans d'autres pays laitiers

Le développement de l’IPE a certainement été favorisé par la fin du monopole des coopératives sur l’insémination depuis 2007. Cette progression doit cependant être tempérée par une autre donnée : « la part des IA réalisées et déclarées par les éleveurs dans les IA totales 2013 est de 5,2 % ».

« L’insémination par l’éleveur (ou les salariés) est la situation la plus courante dans tous les grands pays d’élevage laitier. En France, cela concerne encore assez peu d’élevages proportionnellement, parce qu’il y avait avant 2006 une réglementation restreignant cette pratique », selon Dominique Lebrun, directeur de l’organisme de formation France Bovia.

Le professionnalisme et le contact avec les inséminateurs, le manque de temps, les habitudes… sont autant d’éléments qui empêchent souvent de franchir le cap.

Dans les formes sociétaires, « s’il n’y a qu’un associé qui sait inséminer, c’est toujours lui qui est sollicité et cela peut poser des problèmes à terme au niveau de l’organisation du travail », souligne Gérard Bernard, de Gènes Diffusion.

Des formations théoriques et pratiques

Il constate que certains éleveurs qui souhaitent inséminer n’osent pas toujours en parler à leurs inséminateurs. « C’est dommage parce que les coopératives d’IA ont de l’expérience pour les former et le technicien inséminateur sera toujours disponible pour seconder l’éleveur en cas d’empêchement », indique Gérard Bernard.

Notons que plusieurs structures coopératives ou privées proposent des formations en France. Ces formations comprennent une partie théorique (physiologie de la reproduction, réglementation…) et pratique. « Nous proposons aux éleveurs une formation en groupe de cinq à six personnes ou une formation individualisée dans leur élevage », souligne à titre d’exemple Yoann Gandais, d’Evolution.

Qualité du stockage et de décongélation des paillettes

La formation suffit-elle pour se lancer ? « Nous assurons des formations depuis 2001. Et à ce jour, près de 3 000 éleveurs ou salariés y ont participé et assurent les inséminations dans leur propre élevage avec des résultats de fécondité comparables à ceux publiés par les entreprises de mise en place. Inséminer est un geste simple, qui nécessite un apprentissage. Apprendre demande d’y consacrer un peu de temps avec la persévérance requise. Toute personne qui est motivée réussira à pratiquer et aura des résultats. La formation doit être encourageante dans ce sens ».

 

EN SAVOIR PLUS

Contacts formation. En dehors de votre coopérative d’insémination, des chambres d’agriculture ou des cabinets vétérinaires, vous pouvez contacter d’autres organismes spécialisés tels que France Bovia (Tel. 02 23 27 74 98 – www.francebovia.com), IPEM (06 64 26 20 86), Thierarche reproduction (06 10 27 59 24 – thierarche.reproduction@orange.fr)... (liste non exhaustive)

COMBIEN ÇA COUTE ?

2 à 3 euros de coût de mise en place (hors main-d’oeuvre) : tel est le montant pour une IPE, selon France Bovia. Ce montant inclut l’amortissement de départ d’environ 1 200 euros incluant la formation (hors financement Vivea et crédit d’impôt), l’achat d’une cuve d’azote, d’un décongélateur à paillettes… auxquels s’ajoutent les consommables (gaines de pistolet, gants de fouille, gel…). Plus l’effectif de femelles à inséminer est important, plus l’investissement est dilué.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière