Aller au contenu principal

L’initiative « Nitrates autrement » passe à la vitesse supérieure

La démarche « Nitrates autrement » vise une approche globale de la gestion de l’azote à l’échelle de l’exploitation laitière.
La démarche « Nitrates autrement » vise une approche globale de la gestion de l’azote à l’échelle de l’exploitation laitière.
© J.-C. Gutner

Aborder différemment la directive nitrates pour passer des normes à l’agronomie, c’est l’objectif du projet « Nitrates autrement » porté par la FNSEA. Débutée en 2014, cette initiative se concrétise avec le lancement d’une expérimentation en 2016. Le but est de tester des solutions, hors du cadre réglementaire actuel, pour restaurer la qualité de l’eau sur la question des nitrates. La démarche veut valoriser les expérimentations et l’approche système pour faire évoluer la réglementation. « Nous souhaitons une approche globale de la gestion de l’azote à l’échelle de l’exploitation laitière, basée sur l’efficacité réelle de l’azote et des actions à mettre en œuvre sur les différents maillons du système (alimentation, déjections, stockage, fertilisation…) plutôt qu’un système normatif » explique André Le Gall de l’Institut de l’élevage.

Changer d'approche sur les règles environnementales

Un travail commun avec les Pays-Bas est en place sur ce dossier. Les Néerlandais testent en effet depuis plusieurs années sur 60 fermes pilotes un système permettant de différencier les normes génériques des exigences spécifiques au niveau de l’exploitation. Le projet ANCA (analyse annuelle des cycles des éléments minéraux) s’inscrit dans la volonté des éleveurs laitiers néerlandais de produire plus avec une contrainte environnementale de plus en plus forte, surtout sur le phosphore. Les deux pays souhaitent ainsi unir leurs forces pour convaincre Bruxelles de changer d’approche dans la mise en œuvre des directives environnementales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière