Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Limitez les parcelles "à tiques" aux vaches en fin de gestation

Une seule tique peut être vectrice de plusieurs maladies. Le diagnostic n’est pas toujours évident.

Les parcelles à risques sont les parcelles boisées, avec des talus, des friches...
© Bayer

Quelques espèces de tiques sont très présentes en France (1) ; elles peuvent véhiculer et transmettre des agents pathogènes. Les maladies vectorielles à tiques (MVT) diagnostiquées sur le territoire (ehrlichiose, anaplasmose, borréliose de Lyme, babésiose ou piroplasmose…) ont une fréquence et répartition dépendantes de nombreux facteurs.
Ailleurs dans le monde, les listes des espèces de tiques et de maladies sont longues et certainement non entièrement connues.
Une seule tique peut être vectrice de plusieurs maladies, la piqûre occasionnant une coinfection. De plus, certaines de ces maladies sont des zoonoses, maladies transmissibles à l’homme (ehrlichiose, babésiose de Lyme, fièvre Q…).

Des émergences à craindre avec le réchauffement climatique

La maladie s’explique par une rupture de l’équilibre hôte, parasite, agent pathogène et milieu. Un déséquilibre à grande échelle peut entraîner l’extension de cette maladie. Ainsi des émergences sont à craindre avec le réchauffement climatique. Quant au rôle de la faune sauvage, il est controversé. L’épidémiologie des MVT est complexe et peut faire intervenir des espèces comme le mulot sylvestre. Dans une certaine mesure, les populations de grands gibiers peuvent être régulées et les parcelles isolées par des clôtures.

L’infection par une MVT peut entraîner des signes cliniques caractéristiques, mais non systématiques, comme l’œdème des pâturons en cas d’ehrlichiose. Elle peut également rester inapparente MAIS ((ou)) avoir un impact lourd (température à plus de 40°C, arrêt de l’alimentation et de la production de lait, abattement, ictère…) allant jusqu’à la mort de l’animal. Ces signes dépendent de l’agent pathogène et de sa dose infectieuse mais aussi de la souche génétique. Le diagnostic n’est pas toujours évident. Un traitement doit être mis en place. N’hésitez pas à consulter votre vétérinaire.

Un seul traitement avec AMM contre les tiques

Les tiques, globalement très résistantes, sont cependant sensibles à l’hygrométrie et ont besoin d’un couvert végétal. Voilà pourquoi certaines parcelles sont à risques (boisés, talus, friches…). Entretenir ces parcelles permet de réduire la concentration des tiques. Les animaux les plus sensibles, comme les vaches en fin de gestation, ne doivent pas y avoir accès. En revanche, exposer de façon raisonnée les génisses en première et deuxième saisons de pâture à ces parcelles, ainsi qu’à toutes celles de l’exploitation, leur permet de développer une immunité.

Le seul traitement avec AMM contre les tiques est le Butox. À cette dose, le temps d’attente lait est de 2,5 jours avec une efficacité maximale de 4 à 5 semaines. Ce sont les vaches en fin de gestation les plus sensibles, aussi le temps d’attente n’est pas une contrainte. La durée d’efficacité est à évaluer en fonction de chaque situation.

Des vaccins sont à l’étude. Les premiers seraient dirigés contre les agents infectieux. Chacun induirait une protection contre une maladie précise. Mais la biologie et surtout la variabilité génétique de ces agents limiteraient l’efficacité. Les seconds vaccins, plus originaux dans leur principe, seraient dirigés directement contre les vecteurs. Ils permettraient de bloquer la piqûre des tiques, voire de les tuer. S’ils se révèlent efficaces, ils permettraient de bloquer la transmission de l’ensemble des germes dont la tique est porteuse, quelle que soit la variabilité génétique.

(1) Ixodes ricinus, dermacentor marginatus, dermacentor reticulatus, haemaphysalis punctata et rhipicephalus sanguineus.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
« Nos cédants voulaient transmettre à des jeunes »
Dans la Manche, François et Pierre Bienvenu ont repris deux exploitations en janvier 2019. Les deux frères ont réalisé leur rêve…
Globalement, la collecte des grands exportateurs reste peu dynamique.    © J. Chabanne
La cotation de la poudre de lait poursuit sa montée

Après un mois d'octobre relativement stable autour de 2 350 €/t, la cotation française de la poudre de lait écrémé…

 © Bel
Le groupe Bel va plus loin que le non OGM

 

La stratégie du groupe Bel est de…

 © Bel
En 2020, Bel garantit 371 euros pour 1000 litres

Pour la troisième année consécutive, le groupe Bel et l’APBO - Association des producteurs de lait Bel…

Lait : des robots de traite plus rapides et moins énergivores
Machinisme
Les dernières générations de robots de traite disposent de capteurs plus efficaces et de mouvements animés électriquement, au…
Vignette
Avec un tracker solaire : « Notre facture d’électricité a diminué d’un quart »
Le Gaec Hélaine, dans la Manche, a investi en 2017 dans un tracker solaire. L’objectif ? Réduire la facture énergétique en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière