Aller au contenu principal

Limiter la prolifération des taupes

Pascal Le Dilavrec a développé une activité de piégeage de taupes. L'éleveur a fait ses débuts il y a une dizaine d'années. Après avoir essuyé quelques échecs et testé différentes techniques, il excelle aujourd'hui dans cette activité et propose même des formations de piégeage.

1-Pascal Le Dilavrec avec l'une de ses victimes

Il faut bien connaître l'espèce que l'on piège. La taupe est très sensible aux bruits, aux odeurs et aux vibrations. Contrairement aux idées reçues, elle n'est pas hémophile. Les femelles gardent leur secteur. Les mâles partent après la période de reproduction. Les mères s'occupent de leurs portées de 4 à 6 petits. Au bout d'un mois et demi, les petits commencent à grignoter. Ce sont des mammifères carnivores qui mangent jusqu'à 50 % de leur poids vif en 24 heures. Une taupe adulte pèse en moyenne 120 grammes. Les mise bas ont lieu de mars à avril. Les taupes ne jeûnent pas et n'hibernent pas. Elles se nourrissent à 90 % de vers de terre. « Hélas, elles ne s'intéressent quasiment pas aux tipules, taupins et autres vers nuisibles. Les taupes sont des témoins du bon état écologique des sols mais elles n'ont aucun rôle bénéfique. » Son seul prédateur est la belette. Une taupe peut parcourir jusqu'à un kilomètre par jour.

2- Trouver le bon endroit pour disposer un piège

Pour piéger efficacement, il faut trouver la galerie principale. Attention, on ne voit pas de taupinières au-dessus de cette galerie. D'où la difficulté pour la repérer. Le piégeur observe le terrain pour orienter sa recherche et sonder en fonction des reliefs, des talus et de l'humidité. Les taupinières servent à alimenter en air le réseau de galeries. « La taupe a de faibles besoins en oxygène. » Les nids se situent entre 25 et 70 centimètres de profondeur et on retrouve une grosse taupinière au-dessus.

3-Dégager la galerie avant d'y introduire le piège

Il faut privilégier le piégeage autour de la pleine lune. « Il y a une très forte activité huit jours avant et après la pleine lune. On en attrape en moins de trente minutes.»

4-Préparer le piège

Pour une meilleure efficacité, évitez les pièges neufs. Les taupes vont s'en méfier. Pascal Le Dilavrec préconise de les laisser prendre l'odeur de la terre, idéalement au contact d'une taupe morte. Il faut le positionner dans le bon sens.

5-Repérer l'emplacement du piège 

Après avoir introduit le piège dans la galerie, il faut le recouvrir de terre et le repérer à l'aide d'un jalon. Il ne reste plus qu'à attendre. Pascal Le Dilavrec n'est pas inquiet pour la pérennité de son activité. « Les restrictions d'emploi d'insecticides du sol favorisent une meilleure vie du sol et donc indirectement les taupes. De plus, il y avait autrefois beaucoup d'anciens qui piégeaient. Les conséquences des taupes ne sont pas négligeables, notamment en système herbagers où les taupinières sont à l'origine de contaminations butyriques du lait. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière