Aller au contenu principal
Font Size

Limiter la prolifération des taupes

Pascal Le Dilavrec a développé une activité de piégeage de taupes. L'éleveur a fait ses débuts il y a une dizaine d'années. Après avoir essuyé quelques échecs et testé différentes techniques, il excelle aujourd'hui dans cette activité et propose même des formations de piégeage.

1-Pascal Le Dilavrec avec l'une de ses victimes

Il faut bien connaître l'espèce que l'on piège. La taupe est très sensible aux bruits, aux odeurs et aux vibrations. Contrairement aux idées reçues, elle n'est pas hémophile. Les femelles gardent leur secteur. Les mâles partent après la période de reproduction. Les mères s'occupent de leurs portées de 4 à 6 petits. Au bout d'un mois et demi, les petits commencent à grignoter. Ce sont des mammifères carnivores qui mangent jusqu'à 50 % de leur poids vif en 24 heures. Une taupe adulte pèse en moyenne 120 grammes. Les mise bas ont lieu de mars à avril. Les taupes ne jeûnent pas et n'hibernent pas. Elles se nourrissent à 90 % de vers de terre. « Hélas, elles ne s'intéressent quasiment pas aux tipules, taupins et autres vers nuisibles. Les taupes sont des témoins du bon état écologique des sols mais elles n'ont aucun rôle bénéfique. » Son seul prédateur est la belette. Une taupe peut parcourir jusqu'à un kilomètre par jour.

2- Trouver le bon endroit pour disposer un piège

Pour piéger efficacement, il faut trouver la galerie principale. Attention, on ne voit pas de taupinières au-dessus de cette galerie. D'où la difficulté pour la repérer. Le piégeur observe le terrain pour orienter sa recherche et sonder en fonction des reliefs, des talus et de l'humidité. Les taupinières servent à alimenter en air le réseau de galeries. « La taupe a de faibles besoins en oxygène. » Les nids se situent entre 25 et 70 centimètres de profondeur et on retrouve une grosse taupinière au-dessus.

3-Dégager la galerie avant d'y introduire le piège

Il faut privilégier le piégeage autour de la pleine lune. « Il y a une très forte activité huit jours avant et après la pleine lune. On en attrape en moins de trente minutes.»

4-Préparer le piège

Pour une meilleure efficacité, évitez les pièges neufs. Les taupes vont s'en méfier. Pascal Le Dilavrec préconise de les laisser prendre l'odeur de la terre, idéalement au contact d'une taupe morte. Il faut le positionner dans le bon sens.

5-Repérer l'emplacement du piège 

Après avoir introduit le piège dans la galerie, il faut le recouvrir de terre et le repérer à l'aide d'un jalon. Il ne reste plus qu'à attendre. Pascal Le Dilavrec n'est pas inquiet pour la pérennité de son activité. « Les restrictions d'emploi d'insecticides du sol favorisent une meilleure vie du sol et donc indirectement les taupes. De plus, il y avait autrefois beaucoup d'anciens qui piégeaient. Les conséquences des taupes ne sont pas négligeables, notamment en système herbagers où les taupinières sont à l'origine de contaminations butyriques du lait. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière