Aller au contenu principal

GDS Bretagne
L’HYGIÈNE DE TRAITE « SUR MESURE »

Hygitrait’Info permet désormais à tout éleveur breton adhérent au GDS de définir les solutions d’hygiène de traite adaptées à sa situation. Ce programme disponible sur internet existe également en version pocket pour les techniciens.

Bilan sanitaire sur Agrael.
« La tenue du carnet sanitaire
sur informatique facilite
l’obtention rapide des réponses
au questionnaire. »
Bilan sanitaire sur Agrael.
« La tenue du carnet sanitaire
sur informatique facilite
l’obtention rapide des réponses
au questionnaire. »
© D.R.

Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver dans la jungle des produits d’hygiène de la traite. Face à la multitude de produits et de méthodes, bon nombre d’éleveurs peuvent se sentir démunis et suivre des conseils parfois inadaptés à leur situation. Il n’y a pas une pratique meilleure que les autres, il y a simplement des méthodes et des produits qui correspondent à des contextes bien précis. Une technique qui fonctionne bien dans un élevage ne donnera pas forcément de bons résultats dans un autre. C’est pourquoi les GDS de Bretagne ont mis au point un système expert capable d’analyser les résultats d’un élevage et de proposer de une à trois solutions d’hygiène pré- et post-traite avec une liste de produits distribués en Bretagne correspondant aux solutions envisageables.

DÉCELER L’ORIGINE DES MAMMITES

En répondant à une vingtaine de questions, chacun peut obtenir un éventail de choix possibles pour son élevage. « Cela nécessite environ un quart d’heure. À partir des données du contrôle laitier, des résultats laiterie et du carnet sanitaire sur les douze derniers mois, on peut renseigner toutes les questions. Pour un éleveur non adhérent au contrôle laitier, le programme fonctionne quand même », explique Stéphanie Lardoux, du GDS Bretagne.

Le questionnaire est divisé en quatre parties. La première concerne les résultats du troupeau vis-à-vis de la qualité du lait et des mammites. La seconde vise à mettre en exergue les indices épidémiocliniques des mammites afin de confirmer une origine environnementale ou à réservoir mammaire. La troisième partie traite de points particuliers tels que les gerçures, la présence de verrues et la propreté des trayons. Des photos pour chacun de ces trois points figurent sur le programme pour aider l’éleveur. Enfin, la dernière partie recense les préférences de l’éleveur concernant les produits préconisés, avec des questions portant sur les modes d’application des produits de pré- et post-trempage, sur la nécessité d’un répulsif mouches ou encore de la compatibilité avec le cahier des charges bio.

DES CONSEILS PRATIQUES

Une fois le questionnaire rempli, le programme établit une proposition de méthodes et de produits adaptés à chaque cas. « Il peut y avoir jusqu’à trois propositions en hygiène de pré- et post-traite. À chaque fois, les méthodes sont proposées avecl’objectif qu’elles soient : d’abord, la plus performante vis-à-vis des mammites cliniques et des leucocytes, ensuite la plus performante sur les autres critères de qualité du lait et enfin la plus économique. »

Le document édité comprend également foule de conseils pratiques sur l’entretien des lavettes, le pré-trempage… Cette application, couronnée d’un Innov’Space, est disponible sur le site internet des GDS bretons (www.gdsbretagne. fr) pour les éleveurs bretons adhérents au GDS, après s’être authentifiés avec leurs identifiants personnels. Les techniciens du GDS sont également équipés d’une version Pocket PC et peuvent effectuer cette démarche auprès des éleveurs qui en font la demande. ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière