Aller au contenu principal

"L'herbe de haute qualité est notre pilier"

PERFORMANCE EN MONTAGNE. Un système autonome économe permet au Gaec du Claret de bien rémunérer ses associés.

Lilian Gaillard est le dernier arrivé sur le Gaec du Claret, à Méaudre en Isère, à 1000 mètres d'altitude. Quand il s'installe en 1999 avec son frère Patrick, suite au départ en retraite de son père, la ferme a déjà connu ses principales évolutions. "On a ajouté quatre logettes supplémentaires (54 logettes en tout) et on a refait une fosse de stockage des effluents enterrée pour assurer six mois de stockage. Maintenant, on ne peut plus agrandir le bâtiment. Mais ce n'est pas un problème ; le dimensionnement de la ferme convient parfaitement pour deux personnes." L'exploitation tourne en rythme de croisière depuis dix ans, avec une très bonne efficacité économique : 45% d'EBE/produit. "Nos objectifs sont de pouvoir bien vivre du lait et d'avoir du temps libre. Ces deux critères se sont améliorés. Depuis 2012, nous prélevons chacun entre 1,5 et 2 Smic. Nous prenons chacun deux à trois semaines de vacances par an et un week-end sur deux."

Si on l'avait interrogé quatre ans auparavant, Lilian Gaillard n'aurait pas invoqué le prix du lait pour expliquer ce résultat. Entre 2003 et 2012, leur coopérative Vercors Lait redressait la fromagerie qu'elle avait racheté à Lactalis (plus de détails sur internet et page 86, rubrique Côté laiterie). Le prix était celui issu des indicateurs Criel, sans plus-value pour rémunérer les contraintes du cahier des charges de l'AOP Bleu du Vercors : interdiction de l'ensilage, fourrages du Vercors, exigences sur la qualité du lait... "Depuis, les efforts ont payé. En ce moment, notre prix du lait de base est de 340 euros pour 1000 litres."

Depuis trois ans, le lait AOP Bleu du Vercors est mieux valorisé

La maîtrise des coûts de production est la clé. Il n'y a pas d'investissement superflu. Au total, les annuités ne dépassent pas 65 euros/1000 litres ou 11% du produit brut. "Chaque année, un matériel est renouvelé. Du coup, notre coût d'entretien est faible", ajoute Lilian Gaillard.

Le pâturage est maximisé : les vaches sont six mois dehors. Les génisses et vaches taries pâturent encore plus longtemps. "Tant que les animaux pâturent, c'est moins de travail, moins de fourrages stockés consommés et d'aliments achetés, donc c'est plus économique, souligne Lilian Gaillard. Nos parents attendaient que l'herbe soit déjà haute pour sortir les vaches. Nous les sortons le plus tôt possible, dès qu'il n'y a pas de risque d'abîmer les sols (fin avril-début mai)." Les vaches sont en pâturage intégral dès la mi-mai et jusque fin septembre, avec quand même toujours du foin à volonté.

Un bon enrubannage pour économiser des concentrés

La principale préoccupation du Gaec c'est la qualité du foin pour faire ruminer, et de l'enrubannage. "Un enrubannage de très bonne qualité permet d'économiser 3 à 4 tonnes de concentré par mois d'hiver. Et pour faire un enrubannage à la fois très précoce et pas trop humide, il faut avoir le matériel à disposition au bon moment." Enfin, les éleveurs sont concentrés sur la qualité du lait (peu de cellules, pas de butyrique, du TP) et la santé des animaux.

@ À SUIVRE SUR lait.reussir.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Portail réussir
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière