Aller au contenu principal

LG propose deux nouveaux sorghos multicoupe

Limagrain enrichi son catalogue de sorghos multicoupe avec les variétés Monster PPS et Digestivo BMR.

sorgho limagrain

Crédit photo C. Watier

Variété Monster PPS

 

Crédit photo J. Greffier

« Dotée d’une pousse dynamique, d’un tallage important et d’un très bon potentiel de rendement, Monster PPS dispose de la caractéristique nommée PPS. Cette spécificité « Photo Period Sensible* » signifie que la plante a une pousse exclusivement feuillue lorsque la longueur du jour est supérieure à 12 heures. C’est donc uniquement lorsque les jours raccourcissent que l’induction florale commence, ce qui, pour la France, garantit une absence d’inflorescences jusqu’à l’automne. La qualité est ainsi préservée et l’importante souplesse d’exploitation facilite l’utilisation », expose le semencier.

Variété Digestivo BMR

 

 

 

 

 

 

Crédit photo : J. Greffier

Digestivo BMR, est présenté par Limagrain comme étant une variété performante à très bon potentiel de rendement. Elle a été sélectionnée avec un objectif qualitatif en intégrant par croisement, le gène BMR. Ce gène (Brown mid rid = nervure brune centrale) offre la particularité de diminuer la teneur en lignine et donc d’améliorer la digestibilité du fourrage. La valeur énergétique est préservée et la ration, plus efficiente.

 

Le sorgho multicoupe décrypté par Limagrain

D’origine africaine, le sorgho fourrager multicoupe est une plante annuelle de la famille des poacées (graminées) relativement tolérante à la sécheresse. Valorisée en fourrage, elle est gélive et est principalement utilisée en France entre mai et octobre. Réservée historiquement pour les zones au Sud de la Loire,l’augmentation des températures de ces dernières années permet désormais sa culture dans la moitié Nord de la France, même si le potentiel de rendement est inférieur. Pour bien tolérer la sécheresse, le sorgho doit être correctement implanté avant les premiers stress hydriques. C’est pourquoi une pluie post semis est indispensable à la réussite de la culture et les semis de juillet sont plus risqués. Le sorgho multicoupe possède une grande flexibilité d’utilisation : pâturage, affourragement, ensilage, enrubannage… Son cycle de végétation assez court le destine à être exploité plusieurs fois avant la première gelée pour un potentiel annuel de 8 à 12 t MS/ha en conditions optimales d’apport en eau. Les types hybrides (Sudan x Bicolor), en comparaison aux Sudan grass, sont plus tardifs et présentent une productivité plus élevée et une meilleure valeur alimentaire. Leur morphologie est plus imposante avec des feuilles qui peuvent mesurer jusqu’à 15 cm de large.

 

Culture et valorisation : les huit conseils de Limagrain  

• Préparer une structure fine, bien rappuyée dans un sol

réchauffé > 12 °C

• Semis à 25 kg/ha au semoir à céréales entre 2 et 3 cm

de profondeur

• Bien rouler après le semis pour favoriser la germination

• Exploiter avant l’apparition des panicules pour préserver

la qualité

• Au pâturage, ne pas mettre les animaux avant 60 cm

de végétation pour éviter les risques de toxicité

• En fauche comme au pâturage, laisser 10 cm à la base des

plantes pour favoriser la repousse

• Réaliser un apport d’azote de 30 à 40 kg après chaque coupe

• Distribuer entre 2 et 6 kg de MS/jour (teneur UFL > à 0,8

au stade montaison)

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière