Aller au contenu principal

Insémination animale en 2005
« L´État doit veiller au respect de la réglementation sanitaire »

Les enjeux de la sécurité sanitaire dans la filière insémination ont été au centre des débats, lors de l´assemblée générale de l´Unceia.


Le monopole de zone d´activité dont bénéficiaient les centres d´insémination, depuis la loi sur l´élevage de 1966, a pris fin le 1er janvier 2007. Dans un contexte d´ouverture à la concurrence, la maîtrise du risque sanitaire devient pour les entreprises de sélection un élément majeur notamment pour faire la différence avec les concurrents français et étrangers qui ne respecteraient pas la réglementation. Les enjeux en termes de santé publique et de performance économique sont tels que ce thème a été au centre des débats organisés lors de l´assemblée générale de l´Unceia (Union nationale des coopératives d´élevage et d´insémination animale), qui s´est déroulée à Paris le 21 février dernier. « Les semences sont des véhicules potentiels de nombreux pathogènes », a rappelé Richard Goffette, du bureau santé animale de la DGAL. Le risque est insidieux parce que rien ne distingue une paillette d´un taureau malade de celle d´un taureau sain. L´insémination est un agent amplificateur potentiel (300 à 400 paillettes en moyenne par éjaculat de bovin), permettant à l´agent pathogène de s´exprimer à distance et « de manière diffuse dans le temps ».
Si le risque zéro n´existe pas, « il faut tout faire pour s´en approcher », a insisté Serge Paran, le président de l´Unceia. « Nous devons assurer l´utilisateur de semences que ces dernières ne transmettent pas de maladies car les répercutions économiques des crises sanitaires sont énormes. » L´Unceia a mis en avant les efforts consentis par la France dans ce domaine depuis une soixantaine d´années avec notamment la création du laboratoire national de contrôle des reproducteurs et une réglementation plus stricte que celle imposée par l´Europe. Aussi, dans son rapport d´orientation, Serge Paran a demandé avec insistance au ministère de l´Agriculture de faire respecter la réglementation sanitaire par tous les opérateurs. Les centres d´insémination « illégaux » étaient particulièrement visés. « Alors que nous nous préparons à cette ouverture des marchés, nous ne tolérons plus une concurrence déloyale. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière