Aller au contenu principal

Insémination animale en 2005
« L´État doit veiller au respect de la réglementation sanitaire »

Les enjeux de la sécurité sanitaire dans la filière insémination ont été au centre des débats, lors de l´assemblée générale de l´Unceia.


Le monopole de zone d´activité dont bénéficiaient les centres d´insémination, depuis la loi sur l´élevage de 1966, a pris fin le 1er janvier 2007. Dans un contexte d´ouverture à la concurrence, la maîtrise du risque sanitaire devient pour les entreprises de sélection un élément majeur notamment pour faire la différence avec les concurrents français et étrangers qui ne respecteraient pas la réglementation. Les enjeux en termes de santé publique et de performance économique sont tels que ce thème a été au centre des débats organisés lors de l´assemblée générale de l´Unceia (Union nationale des coopératives d´élevage et d´insémination animale), qui s´est déroulée à Paris le 21 février dernier. « Les semences sont des véhicules potentiels de nombreux pathogènes », a rappelé Richard Goffette, du bureau santé animale de la DGAL. Le risque est insidieux parce que rien ne distingue une paillette d´un taureau malade de celle d´un taureau sain. L´insémination est un agent amplificateur potentiel (300 à 400 paillettes en moyenne par éjaculat de bovin), permettant à l´agent pathogène de s´exprimer à distance et « de manière diffuse dans le temps ».
Si le risque zéro n´existe pas, « il faut tout faire pour s´en approcher », a insisté Serge Paran, le président de l´Unceia. « Nous devons assurer l´utilisateur de semences que ces dernières ne transmettent pas de maladies car les répercutions économiques des crises sanitaires sont énormes. » L´Unceia a mis en avant les efforts consentis par la France dans ce domaine depuis une soixantaine d´années avec notamment la création du laboratoire national de contrôle des reproducteurs et une réglementation plus stricte que celle imposée par l´Europe. Aussi, dans son rapport d´orientation, Serge Paran a demandé avec insistance au ministère de l´Agriculture de faire respecter la réglementation sanitaire par tous les opérateurs. Les centres d´insémination « illégaux » étaient particulièrement visés. « Alors que nous nous préparons à cette ouverture des marchés, nous ne tolérons plus une concurrence déloyale. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière