Aller au contenu principal

L’état corporel des vaches bientôt évalué en 3D

L’Inra et la société 3D Ouest travaillent sur la mise au point d’une technique utilisant l’imagerie en 3D externe pour, à terme, mesurer et valoriser cet indicateur dans les élevages.

L’automatisation du pointage des hanches 
et des fesses sur l’image    
    (points bleus) est l’une des prochaines grandes étapes du projet.
L’automatisation du pointage des hanches
et des fesses sur l’image
(points bleus) est l’une des prochaines grandes étapes du projet.
© P. Faverdin

Imaginez une caméra 3D placée par exemple en sortie de salle de traite ou d’un robot. Cette caméra intègre des capteurs capables de fournir une image externe de l’arrière d’une vache à un logiciel dès que l’animal passe dans son « champs visuel ». Puis ces images sont traitées par un algorithme pour fournir une évaluation précise de l’état corporel de chaque vache tout au long de la lactation. Ce n’est pas du domaine de la science fiction, mais bel et bien celui de la recherche appliquée. L’Inra de Rennes et la société 3D Ouest(1) planchent en effet sur la question depuis deux ans. La mesure de ce critère morphologique est potentiellement un excellent outil de conduite d’élevage « parce qu’il permet de renseigner sur l’état des réserves corporelles mais aussi sur leurs variations comme indicateur du bilan énergétique, avec les conséquences connues notamment sur les performances de reproduction et la santé des animaux », souligne Philippe Faverdin, responsable de ce projet pour l’Inra. Une mesure précise de ce critère pourra également être utilisée pour l’indexation de nouveaux caractères.

Développer des alertes utilisables par les éleveurs

 

« Avec le prototype que nous utilisons actuellement à l’Inra, nous sommes capables de prédire l’état corporel des animaux. Mais il reste certaines étapes à franchir, comme l’automatisation de la sélection des pointes des hanches et des fesses sur l’image en 3D nécessaire aux calculs mais aussi l’acquisition d’un référentiel de mesures de l’état corporel plus fiable et reproductible », précise le chercheur. En effet, jusqu’ici, seule la méthode visuelle/palpation avec grille de notation qui est employée sur le terrain a pu être utilisée comme méthode de référence. Or, malgré les compétences des notateurs, cette méthode a ses limites en termes de fiabilité et de répétabilité. « On observe des résultats différents notamment selon les notateurs, la race des animaux, les sites retenus sur l’animal pour mesurer l’état corporel… Au final, il est difficile de comparer les résultats de différentes études », constate avec regret Christophe Staub, de l’Inra de Nouzilly.
La notation visuelle n’étant pas la meilleure référence, tous les espoirs se tournent vers les travaux réalisés par Christophe Staub et Jean-Luc Touzé, à l’Inra de Nouzilly. « Pour standardiser les mesures, nous travaillons sur l’évaluation de l’état corporel en utilisant l’échographie. Cette technique présente l’avantage d’être non invasive et moins lourde que les méthodes indirectes utilisant les biopsies de tissus adipeux, pratiquées sur animal vivant, qui nécessitent anesthésie et chirurgie et posent alors un problème éthique. » Les deux travaux de recherche avancent donc conjointement. Par ailleurs, pour valoriser l’imagerie en 3D en élevage, il faudra aussi développer un outil simple pour fournir des alertes utilisables par les éleveurs. Au final, si Philippe Faverdin et Jean-Michel Delouard, de la société 3D Ouest, sont optimistes quant à l’issue de leurs travaux, en revanche, ils ne se prononcent pas sur un délai de commercialisation du nouvel outil. Dans ce domaine, la concurrence existe déjà. Ainsi, selon Philippe Faverdin un système d’imagerie en 3D « est déjà commercialisé en Allemagne », mais « l’approche utilisée ici semble plus prometteuse ».


(1) Le bureau d’étude de cette société est spécialisé dans la confection de capteurs dédiés à l’acquisition d’imagerie en 3D valorisable dans le monde du vivant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière