Aller au contenu principal

Les voies de l’autonomie alimentaire

Une bonne maîtrise de la qualité des fourrages est la clé de l’autonomie alimentaire. Retrouvez dans ce dossier des élevages qui n’hésitent pas à explorer de nouvelles pistes pour relever le défi de l’autonomie.

Augmenter la production de protéines à l'hectare
Augmenter la production de protéines à l'hectare
© J.-M. Nicol

Les élevages bovins français s’en sortent bien en matière d’autonomie alimentaire. Près de 80 % de l’alimentation, fourrages et concentrés, sont produits au sein des exploitations. Un bon point pour la compétitivité des élevages dans un contexte de volatilité des matières premières.

De toute évidence, c’est l’autonomie protéique qui pêche le plus. Cette dépendance coûte cher et pèse sur les coûts de production. Pour autant, selon les situations, développer l’autonomie alimentaire ne s’avère pas forcément un pari gagnant sur le plan économique.

Comment viser une meilleure autonomie? En lorgnant sur ce qui se passe ailleurs, en explorant de nouvelles voies, en faisant évoluer ses pratiques, voire même parfois en acceptant de remettre à plat son système. À travers les reportages et les témoignages de ce dossier, nous avons voulu montrer qu’il n’y a pas qu’une seule voie pour gagner en autonomie.

La complémentarité entre fourrages, le choix des espèces prairiales, l’introduction de légumineuses et protéagineux, le recours à des itinéraires techniques particuliers y contribuent… Quel que soit leur système — bio, intensif ou mixte — les élevages présentés affichent tous un dénominateur commun: la qualité de la ration de base. Car la quête d’autonomie passe forcément par là.

Pour Konrad Schreiber, chef de projet à l’Institut de l’agriculture durable, la recherche d’autonomie alimentaire implique une nouvelle façon d’appréhender le système fourrager. Celuici doit se raisonner d’abord en termes de couverture des besoins en azote plutôt qu’en énergie. Une stratégie singulière mise en application chez Anton Sidler, éleveur de 85 vaches à 10000 kg dans l’Orne. Une approche qui tord le cou aux stratégies actuelles où le maïs ensilage constitue le pivot des rations.

Le séchage des fourrages est un autre exemple pour gagner en autonomie protéique. L’EARL Guéret, en Eure-et-Loir, vient notamment d’investir dans un séchoir couplé au méthaniseur pour sécher ses balles de foin et de luzerne. À la clé, moins d’achat de correcteurs.

Autre expérience intéressante, à l’EARL Ar Galvid en Loire-Atlantique, où les éleveurs adoptent une conduite très pointue du pâturage et de la gestion des stocks fourragers.

De son côté, Kees Zuurbier, dans les Côtes-d’Armor, maximise la qualité de l’ensilage d’herbe, distribué en plat unique, grâce à un débit de chantier très rapide.

D’autres exploitants choisissent, quant à eux, la piste oléagineuse. Comme Olivier Carrillat, en Haute-Savoie, qui cultive des graines de soja pour réduire ses achats de tourteaux.

Quoi qu’il en soit, une chose est sûre, la chasse au gaspillage des concentrés est le premier pas vers l’autonomie.

SOMMAIRE du dossier

 État des lieux par l’Institut de l’élevage - L’autonomie fourragère est le gros atout français

Chez Anton Sidler, dans l’Orne - «L’autonomie passe d’abord par l’agronomie»

À l’EARL Ar Galvid, en Loire-Atlantique - «Nos vaches ne consomment quasiment plus de concentrés »

À l’EARL Guéret, en Eure-et-Loir - «Nous séchons la luzerne et le foin avec un séchoir à balles»

Au Gaec de la Frise, dans les Côtes-d’Armor - «Nous cherchons à maximiser la qualité de l’herbe récoltée»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le tournesol se montre moins souple qu’un maïs pour une récolte au stade optimal. Ici, le stade apparaît un peu dépassé. Seuls les deux premiers étages foliaires devraient être sénescents.
L’ensilage de tournesol en élevage laitier, un essai qui reste à transformer
La coopérative Agrial a testé l’ensilage de tournesol aux niveaux agronomique et zootechnique. Le premier bilan conclut à une…
La contractualisation de la viande issue du cheptel laitier, c’est maintenant
À compter du 1er janvier 2023, la contractualisation voulue par la loi Egalim 2 devient obligatoire pour les vaches de…
Dans le Grand Ouest, 46 % des exploitations étaient en situation critique en 2021 !
Les trésoreries des exploitations laitières du Grand Ouest sont préoccupantes
L’Observatoire de l’endettement et des trésoreries montre une situation 2021 meilleure que 2020 en moyenne pour les éleveurs…
Le prix du lait en Europe monte encore en septembre
Le prix du lait en Europe monte encore en septembre
Malgré la baisse des cotations laitières, le prix du lait continue de progresser légèrement dans certaines laiteries. Les prix…
La protection des races menacées reste au programme des MAEC pour la PAC 2023-2027, comme la  froment du Léon.
Pac : Ne pas louper les MAEC !
Si vous avez peu d’efforts à fournir pour entrer dans une MAEC, il serait dommage de passer à côté. Les éleveurs bio auront…
Danone propose aux éleveurs des volumes de lait supplémentaires à produire, mais peine à augmenter suffisamment le prix.
En Normandie, Danone revalorise le prix du lait
Face à un prix calculé par la formule contractuelle trop bas par rapport à l’inflation des coûts en élevage, Danone a revalorisé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière