Aller au contenu principal

Les vaches à cellules repérées dans le lait de tank !

Avec GénoCellules, le groupe Seenergi proposera de dénombrer les comptages cellulaires de chaque vache traite grâce au génotypage d’un échantillon de lait de tank à partir de janvier 2018.

Après avoir révolutionné le monde de la sélection en 2009, le génotypage trouve désormais une application dans le domaine de l’analyse du lait qui devrait faire date. Il est en effet désormais possible de connaître les numérations cellulaires de chaque vache et leur responsabilité dans la numération du lait de tank grâce au génotypage des vaches et du lait de tank. Il faut en effet d’abord génotyper toutes les femelles pour identifier l’origine des cellules qui seront retrouvées dans le lait de tank. La seconde étape consiste à génotyper le lait de tank (issu de traite classique ou robotisée) pour réaliser les comptages cellulaires vache par vache. GénoCellules repose sur un principe biologique immuable : l’ADN est spécifique à chaque individu. Il est présent dans toutes ses cellules. Les leucocytes qui affluent lors d’une mammite n’échappent pas à la règle.

« L’interprétation des résultats des analyses du lait de tank nécessite au préalable que l’éleveur renseigne une plateforme web sur les vaches concernées par la traite, la quantité de lait produite par vache, s’il s’agit de la traite du matin ou du soir, la quantité de lait de tank et la date du prélèvement », souligne Jean-Bernard Davière, responsable recherche et développement du Clasel.

Les index génomiques des vaches en prime

À la fin de la traite, l’échantillon de lait de tank est récupéré dans une seringue en plastique puis envoyé au laboratoire Agranis en Mayenne avec une enveloppe matelassée et pré-affranchie. Il n’est pas nécessaire de le réfrigérer ni de le congeler. Les résultats sont renvoyés par mail environ une semaine plus tard. Il faut trois jours pour analyser (génotyper) l’échantillon.

L’offre se déclinera en deux formules sur la base d’une analyse tous les quinze jours. Cette fréquence est modulable selon les objectifs des éleveurs. GénoCellules Pilotage comprendra 24 analyses de lait de tank et le génotypage des femelles. Avec GénoCellules Premium, vous bénéficierez en plus de six contrôles de performances classiques permettant un pilotage du troupeau sur l’ensemble des indicateurs : taux, matière grasse, matière protéique, Gestadétect, Cétodetect, cellules…

Côté tarifs, rien n’était arrêté au moment où nous mettions sous presse (18 octobre). Le groupe Seenergi précise cependant que le tarif (à la vache traite) sera très compétitif par rapport à celui du contrôle de performance et vous bénéficierez en plus de l’évaluation génétique de vos femelles. Le prix du génotypage (autour de 40 euros) a été divisé par trois voire quatre depuis son lancement. Senergi proposera cependant un étalement du paiement pour le chantier de génotypage initial et espère récupérer les résultats de ceux déjà réalisés par les entreprises de sélection.

(1)   Seenergi rassemble les entreprises de conseils en élevage de la région des Pays de la Loire (+ Charentes Maritimes) engagées dans un processus de fusion, Littoral Normand, et OrigenPlus.

À savoir

Le test sera proposé par Seenergi avec une exclusivité mondiale de 15 ans. Validée par des essais menés par le Clasel depuis deux ans, cette technique s’appuie sur un brevet déposé par l’université de Liège en Belgique. Elle est applicable en traite classique ou robotisée.

« Ce service permet de réagir plus vite »

Le Gaec des Forêts à Ambrières-les-Vallées en Mayenne fait partie des cinq exploitations ayant participé aux essais. « Nous ne sommes jamais pénalisés en cellules parce que nous restons très vigilants. Mais certains mois, notamment en août, il nous arrive de frôler les 240 000 cellules/ml. Grâce aux analyses de lait de tank réalisées tous les quinze jours, nous pourrons écarter rapidement les vaches à cellules et intervenir plus vite sur les animaux, souligne Karine Forêt, une des trois associés. Ce service permettra également d’optimiser les accouplements grâce au génotypage des femelles. C’est aussi un bon moyen de valoriser nos compteurs à lait. » Les 100 vaches du troupeau (référence de 870 000 l) sont traites avec un Roto extérieur de 28 places. Les compteurs sont très utiles pour connaître précisément la production des vaches à chaque prise d’échantillon de lait de tank. « En l’absence de compteur à lait, la production laitière individuelle est estimée à partir du lait dans le tank et du stade de lactation de chaque vache avec une fiabilité suffisante », précise cependant Jean-Bernard Davière du Clasel.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière