Aller au contenu principal

Industriels laitiers
Les transformateurs scrutent l´évolution de la carte laitière

Pour doper la compétitivité de la filière laitière, la Fnil propose entre autres la création de formes de contractualisation entre éleveurs et industriels.


A quoi ressemblera la carte de la répartition de la production laitière demain ? Le thème de l´assemblée générale de la Fnil était l´évolution de la structure des approvisionnements des industries laitières. Les entreprises craignent que la baisse des prix, alliée au découplage, conduise à une baisse de production. Les cessations d´activité pourraient pénaliser l´approvisionnement en lait, notamment dans certaines zones déjà déficitaires, et donc mettre en péril des outils industriels.
Frédéric Chausson, du Cniel, a souligné que ne plus produire son quota expose à la remontée en réserve de son droit à produire et donc à une perte de valeur patrimoniale. « Par ailleurs, une étude du Contrôle laitier montre que 35 % des exploitations ont des capacités en bâtiment et alimentation pour élever des animaux supplémentaires. Il est donc peu probable qu´on assiste à une baisse de la production ».

Selon différentes études, les élevages les plus susceptibles d´être touchés par le découplage sont ceux où le producteur a plus de 55 ans (20 000), les exploitations mixtes culture ou viande (20 000) et les exploitations qui ne sont pas aux normes. Enfin, Frédéric Chausson a présenté une projection « optimiste » du nombre d´exploitations en France : 55 000 au Nord de la Loire et 23 000 au Sud à l´horizon 2010, contre 80 000 au Nord et 35 000 au Sud aujourd´hui. Les références augmenteraient de plus de 40 %.

Pour une flexibilité des quotas
En deuxième partie d´assemblée générale, Xavier Paul-Renard, président de la Fnil, a proposé cinq leviers pour améliorer la compétitivité de la filière laitière française. En premier lieu, trouver un accord de prix qui réponde à trois objectifs : limiter les pertes importantes générées par le beurre et la poudre, réduire l´écart de compétitivité avec l´Allemagne, la Belgique, etc, et suivre l´évolution des marchés.
Il s´agit aussi pour les industriels d´agir sur la maîtrise de la production, avec des quotas flexibles en fonction des réalités du marché ; mais aussi avec une gestion nationale des références laitières plus fluide. Xavier Paul-Renard a plaidé pour une révision de la réglementation afin d´éviter « les rigidités inutiles au niveau de l´organisation économique de la production et créer un certain lien entre les nouveaux droits à prime et les quotas laitiers ». La Fnil propose des formes de contractualisation entre les producteurs et les laiteries. Le quatrième levier est le développement de l´innovation.

Enfin, Xavier Paul-Renard estime que « c´est en maintenant une palette d´entreprises de tailles différentes que la filière française pourra continuer à proposer autant de produits différents, facteur essentiel du développement de la consommation. L´augmentation de la valeur ajoutée et de la compétitivité ne passe pas nécessairement par la massification. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Le blé égyptien offre aussi une valeur alimentaire intéressante.  © Semental
Le blé égyptien surprend par sa productivité

De la famille des sorghos, le blé égyptien est une espèce qui part vite en végétation et est très…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière