Aller au contenu principal

Les revenus 2009 chutent de 50% sauf pour les AOC de l'Est

Les estimations des Réseaux d’élevage montrent une chute des revenus de 50% touchant tous les systèmes sauf les AOC de l’Est, se traduisant par une perte de rémunération du travail allant jusqu’à 1 Smic/UMO.

© DR

Les Réseaux d’élevage viennent de publier leur synthèse annuelle avec les résultats définitifs des exploitations laitières en 2008 et des estimations de résultats pour l’année 2009. « Ces estimations sont réalisées par nos experts régionaux à partir d’un panel de vingt cas types répartis sur l’ensemble du territoire, auxquels sont appliqués les prix et rendements observés dans l’année avec des effets volume », explique Jean Seegers, de l’Institut de l’élevage. Après une année 2008 marquée par la hausse du prix du lait et l’envolée de celui des intrants, les estimations prévoient pour 2009 une baisse des revenus de l’ordre de 50 % qui touche tous les systèmes, n’épargnant que les producteurs AOC de Franche Comté et des Savoies. L’année 2009 a été plutôt favorable aux fourrages mais le prix du lait a baissé de 16 à 20 % entraînant une chute du produit brut non compensée par des charges restées globalement stables.

Un nivellement des revenus par le bas

Chez les éleveurs spécialisés de plaine, les baisses de revenus sont de l’ordre de 50 % et touchent plus sévèrement les systèmes basés sur le maïs, qui consomment en général plus d’intrants. En montagne, on observe de fortes disparités entre les éleveurs de Franche-Comté et des Savoies qui tirent profit de la gestion collective de leurs AOC, et le Massif central où les revenus chutent de 40 à 50 % en 2009. Les exploitations mixtes lait-viande tirent mieux leur épingle du jeu, car la présence d’un produit viande significatif leur permet de tamponner la baisse du produit lait. La chute de revenu s’y annonce donc un peu moins importante que dans les exploitations spécialisées, mais cache de profondes disparités entre les doubles troupeaux de montagne (laitiers-allaitants) qui voient leurs revenus baisser de 25 % seulement, et les engraisseurs de taurillons ou boeufs de l’Ouest dont le revenu chute de plus de 50 %. Les polyculteurs- éleveurs, doublement pénalisés par la poursuite de la dégradation du prix des céréales, enregistrent la perte de revenu la plus importante (55 %). En 2008, le prix de revient du lait avait beaucoup augmenté, jusqu’à 50 €/1000 l pour les systèmes de plaine basés sur le maïs. En 2009, ce coût de production est resté stable, entraînant une perte de rémunération du travail qui atteint en moyenne 0,7 Smic/UMO en montagne (hors zones AOC de l’Est) et 1 Smic/UMO en plaine, ce qui amène la rémunération effective du travail à 0,3 et 0,5 SMIC.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière