Aller au contenu principal

Prix du lait
Les quatre piliers de l´Organisation commune de marché du lait

L´OCM lait repose sur quatre outils de gestion des marchés : les quotas, les restitutions à l´exportation, l´intervention et les aides à l´écoulement sur le marché intérieur.


Avec la réforme de la PAC, si ces outils ne disparaissent pas, la Commission se désengage de la gestion des marchés, notamment au niveau de l´intervention.

1 -La maîtrise de la production : instauré depuis 1984, le système des quotas est la clé de voute de l´organisation de marché du lait . Il doit permette une adéquation de l´offre et à la demande. Les producteurs ont une référence en volume et en taux de matière grasse. En fin de campagne leurs dépassements sont sanctionnés par des pénalités correspondant à 115 % du prix dit « indicatif » fixé par Bruxelles (actuellement 30,98 euros/100kg), niveau plus élevé . Depuis leur mise en place, le niveau des quotas par Etat membre a varié. La France par exemple avait un quota de 25,585 millions de tonnes au cours de la campagne 1984-1985, il est aujourd´hui de 23,854 millions de tonnes.

2 -Les restitutions et la protection aux frontières : le prix des produits laitiers est plus élevés que sur le marché mondial. Afin de les rendre compétitifs, l´Union verse aux opérateurs une aide à l´exportation, la restitution (variable en fonction des produits et de la situation des cours). De même, afin d´éviter des entrées excessives sur le marché intérieur, l´Union a des droits de douanes. Suite aux accords de Marrakech, les anciens « prélèvements » variables ont été remplacés par des droits fixes et dégressifs. De même, les engagement à l´OMC ont débouchés sur une réduction en volume et en valeur des restitutions.

3 -Le stockage : l´Union dispose de mécanisme de stockages publiques ou « intervention » pour le beurre et la poudre de lait écrémé, permettant un éventuel retrait du marché des produits excédentaires. Pour le beurre, l´intervention est déclenchée dans un Etat membre si les cours sont inférieurs à 92 % du prix d´intervention pendant deux semaines consécutives. Les achats se font par adjudications et ne peuvent être inférieurs à 90 % du prix d´intervention. Pour la poudre, l´intervention est ouverte du 1er mars au 31 août à 100 % du prix d´intervention dans la limite de 109 000 tonnes. Il existe également des aides au stockage privé permettant le report saisonnier de la production.

4 -Les aides à l´écoulement: destinées au beurre entrant dans la biscuiterie, la viennoiserie et les crèmes glacées, ainsi qu´à la poudre de lait écrémé pour les aliments d´allaitement. 25 % de la production communautaire de beurre et 40 % des fabrications européennes de poudre sont concernées par ces aides. Il existe également une aide à la fabrication de caséines et caséinates qui concerne l´équivalent de 400 000 tonnes de poudre de lait écrémé.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Cet article est extrait du dossier de Réussir Lait Elevage du mois de Juillet-Août 2003 : «  Crise des produits industriels, Pac, OMC : éviter une baisse brutale du prix du lait  ». (RLE nº161, 20 pages)
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière