Aller au contenu principal

Les projets de méthanisation ne décollent pas

La lourdeur administrative et des subventions non garanties freinent la dynamique des projets.

Les travaux sur la normalisation 
des digestats, considérés actuellement comme des déchets, devraient durer encore au minimum quatre ans.
Les travaux sur la normalisation
des digestats, considérés actuellement comme des déchets, devraient durer encore au minimum quatre ans.
© F. Mechekour

On dénombre actuellement 140 sites agricoles opérationnels en France sur un total, tous secteurs confondus, d'environ 400. Et au rythme où les projets se finalisent, il paraît illusoire d'espérer atteindre les 1000 installations de méthanisation à la ferme d'ici 2020 prévus par le plan Énergie méthanisation autonomie azote (Emaa) du gouvernement. « Nous sommes loin des 130 installations par an prévues », confirme Jérémie Priarollo de l'association Solagro. Ce retard touche tous les projets, agricoles ou non. À qui la faute ? Aux « difficultés de financement des projets dont la rentabilité dépend des subventions et des tarifs d'achats et à la lourdeur réglementaire », selon Caroline Marchais, du Club Biogaz Atee. « Les banquiers sont assez frileux : ils estiment que les subventions ne sont pas assez incitatives et les projets peu rentables. »
Jérémie Priarollo partage cette analyse. « La filière attend les concrétisations du plan Emaa en termes de revalorisation des tarifs d'achats de l'électricité et du biométhane à hauteur de 20 % mais aussi de simplification de l'instruction des dossiers réglementaires. » Il faut compter entre 3 et 5 ans pour finaliser un dossier. Quant aux tarifs d'achat de l'électricité, ils varient de 120 à 210 EUR/MWh suivant la taille du projet, la proportion d'effluents d'élevage et l'efficacité énergétique du projet. Pour le biométhane, cette fourchette varie de 85 à 130 EUR/MWh.
Au final, « 350 projets sont identifiés mais à des stades d'avancement très variés », souligne Caroline Marchais.

 

De plus en plus de projets collectifs

 

Malgré ces difficultés, il existe une dynamique positive sur le terrain. « Il y a de plus en plus de projets collectifs portés par des agriculteurs notamment pour diluer le risque financier. »
Par ailleurs, « une expérimentation très prometteuse est actuellement en cours notamment en région Midi-Pyrénées pour simplifier les démarches via l'instruction des dossiers au niveau d'un guichet unique », explique Jérémie Priarollo. L'injection du biométhane dans le réseau de distribution de gaz naturel est également une voie de développement pour la filière. « Trois projets d'injection sont actuellement opérationnels dont un sur une exploitation agricole, et environ 250 sont en cours d'instruction, dont une trentaine très avancés. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière