Aller au contenu principal

Les projets de méthanisation ne décollent pas

La lourdeur administrative et des subventions non garanties freinent la dynamique des projets.

Les travaux sur la normalisation 
des digestats, considérés actuellement comme des déchets, devraient durer encore au minimum quatre ans.
Les travaux sur la normalisation
des digestats, considérés actuellement comme des déchets, devraient durer encore au minimum quatre ans.
© F. Mechekour

On dénombre actuellement 140 sites agricoles opérationnels en France sur un total, tous secteurs confondus, d'environ 400. Et au rythme où les projets se finalisent, il paraît illusoire d'espérer atteindre les 1000 installations de méthanisation à la ferme d'ici 2020 prévus par le plan Énergie méthanisation autonomie azote (Emaa) du gouvernement. « Nous sommes loin des 130 installations par an prévues », confirme Jérémie Priarollo de l'association Solagro. Ce retard touche tous les projets, agricoles ou non. À qui la faute ? Aux « difficultés de financement des projets dont la rentabilité dépend des subventions et des tarifs d'achats et à la lourdeur réglementaire », selon Caroline Marchais, du Club Biogaz Atee. « Les banquiers sont assez frileux : ils estiment que les subventions ne sont pas assez incitatives et les projets peu rentables. »
Jérémie Priarollo partage cette analyse. « La filière attend les concrétisations du plan Emaa en termes de revalorisation des tarifs d'achats de l'électricité et du biométhane à hauteur de 20 % mais aussi de simplification de l'instruction des dossiers réglementaires. » Il faut compter entre 3 et 5 ans pour finaliser un dossier. Quant aux tarifs d'achat de l'électricité, ils varient de 120 à 210 EUR/MWh suivant la taille du projet, la proportion d'effluents d'élevage et l'efficacité énergétique du projet. Pour le biométhane, cette fourchette varie de 85 à 130 EUR/MWh.
Au final, « 350 projets sont identifiés mais à des stades d'avancement très variés », souligne Caroline Marchais.

 

De plus en plus de projets collectifs

 

Malgré ces difficultés, il existe une dynamique positive sur le terrain. « Il y a de plus en plus de projets collectifs portés par des agriculteurs notamment pour diluer le risque financier. »
Par ailleurs, « une expérimentation très prometteuse est actuellement en cours notamment en région Midi-Pyrénées pour simplifier les démarches via l'instruction des dossiers au niveau d'un guichet unique », explique Jérémie Priarollo. L'injection du biométhane dans le réseau de distribution de gaz naturel est également une voie de développement pour la filière. « Trois projets d'injection sont actuellement opérationnels dont un sur une exploitation agricole, et environ 250 sont en cours d'instruction, dont une trentaine très avancés. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière