Aller au contenu principal

Les producteurs d’Ille-et-Vilaine dans les starting-blocks

Elevage laitier en Ille-et-Vilaine.
Elevage laitier en Ille-et-Vilaine.
© Sandra Roupnel

Une enquête réalisée par Eilyps (Ecel d’Ille-et-Vilaine) auprès de 1600 producteurs révèle que, dans le premier département laitier français, 84 % des éleveurs sont prêts à produire plus de lait, dont les trois quarts sans investir. Sur la campagne en cours, un quart des producteurs seraient prêts à livrer au moins 10 % de lait supplémentaire. Notamment en retardant les mises à la réforme et en augmentant la productivité grâce aux nouveaux maïs. D’ici trois ans, dans la perspective d’augmentation des volumes accordés, plus de la moitié des exploitations
(53 %) souhaitent produire au moins 10 % de volume supplémentaire, et 17 % comptent même dépasser les 20 %. Parmi les facteurs limitants, figurent en tête la place en bâtiment (32 %) et les équipements de traite (26 %).
La main-d’œuvre et l’environnement ressortent respectivement dans 8 et 10 % des cas.
Ce dynamisme se concrétise sur le terrain. En un an, le troupeau moyen d’Ille-et-Vilaine est passé de 54 à 58 vaches. Le sexage des femelles ainsi que la délégation des génisses se développent, signe que les producteurs se préparent bel et bien à produire plus.
Plus de 80 % des éleveurs expriment avoir un ou plusieurs projets en cours ou en réflexion pour les trois prochaines années. Et un quart projette des évolutions structurelles liées à un agrandissement, un regroupement, un départ en retraite ou l’installation d’un jeune.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Le blé égyptien offre aussi une valeur alimentaire intéressante.  © Semental
Le blé égyptien surprend par sa productivité

De la famille des sorghos, le blé égyptien est une espèce qui part vite en végétation et est très…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière