Aller au contenu principal
Font Size

Les producteurs Danone plébiscitent la stabilité du prix

Les OP normandes Danone ont décroché un accord sur une nouvelle formule de prix du lait. Elle permet un prix plus stable et une certaine couverture des charges.

Rappelez-vous début 2016, sur une proposition du groupe Danone, cinq OP Danone adoptaient une nouvelle formule de calcul du prix du lait, assortie d’un volume objectif de chaque OP abaissé de quelques millions de litres (Réussir Lait n° 299, p12). Le prix de base se composait à 30 % d’une partie "forfait coût de production" (337 euros/1 000 l sur le premier semestre 2016) relativement stable, et à 70 % d’une partie basée sur les indicateurs Cniel, plus volatils. Depuis, des OP appuyées par le Cerfrance ou la chambre d’agriculture, ont réussi à faire évoluer cette formule de prix.

L’OP du Centre-Est est partie en premier, avec une formule indexée à 100 % sur le prix de revient. Les deux OP normandes ont bouclé la négociation en juin dernier. Les méthodes sont différentes, mais le principe est le même. Il s’agit d’établir un prix de revient (1) de référence qui variera en fonction de l’évolution du prix de l’aliment acheté, du carburant, des engrais et de la viande. "On retire de ce prix un forfait prime Danone de 30 euros, et on arrive à un prix de base de référence d’environ 320 euros pour 1 000 litres", illustre Damien Lecuir, président de l’OP Danone Basse-Normandie. Cette référence représente 50 % du prix et l’accord est conclu pour cinq ans. En Haute-Normandie, elle représente 40 % du prix dans un premier temps, et elle passe à 50 % du prix à partir du 1er janvier 2017. L’accord est conclu pour trois ans. "On espère atteindre un prix de base moyen 2016 de 300 euros pour 1 000 litres", avance Hubert Dion, président de l’OP Danone Haute-Normandie.

Une référence au prix de revient pour 50 % du prix de base

Ces deux OP ont laissé leurs adhérents choisir entre l’ancienne et la nouvelle formule. En Haute-Normandie, plus de 90 % des adhérents ont choisi la stabilité du prix du lait et l’assurance d’une marge, avec la nouvelle formule. En Basse-Normandie, au jour où nous mettions sous presse (le 20 juin), les adhérents étaient en train de se prononcer. "La grande majorité devrait choisir la nouvelle formule. Elle est plus sécurisante, et à court terme, elle réhausse le prix du lait", souligne Damien Lecuir. Les producteurs savent qu’en cas de flambée du prix du lait, ils seront moins bien payés que leurs voisins d’autres laiteries. "Mais on pourra vivre de son métier quelle que soit la conjoncture."

La contrepartie sont des volumes objectifs de l’OP en retrait. La Haute-Normandie (- 25 millions de litres en trois ans, par rapport à 240 Ml aujourd’hui) cherche encore les moyens d’y arriver. "On n’a pas voulu interdire la cessibilité des contrats. À partir du 1er avril, on a bloqué la cessibilité pendant un an. On espère que le marché redémarrera et que les volumes achetés pourront être débloqués." En Basse-Normandie, le contrat n’est pas cessible si la ferme n’est pas cédée avec. Quand un élevage passe en bio, des volumes ne sont pas réaffectés en conventionnel. Et il n’y a plus d’allocations provisoires.

(1) C’est le prix du lait qu’il faut pour couvrir le coût de production (charges opérationnelles, de structure, amortissements, rémunération du travail) auquel on a retiré le produit viande et les aides PAC de l’atelier lait.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière