Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les premiers résultats de Passion du lait de Laïta

Jours de pâturage, économies d’énergie… 71 % des élevages ont été audités à mi-novembre. Ils livrent leurs résultats.

L’entreprise coopérative Laïta annonçait mi-novembre avoir audité 71 % des 3 250 fermes dont elle valorise le lait, pour sa démarche Passion du lait. Ce premier tour d’audits — charte des bonnes pratiques d’élevage (CBPE), Cap2’ER et le diagnostic bien-être animal — s’achèvera mi 2018. "Sur chaque exploitation, de l’audit ressort un plan d’actions, qui doit avoir une incidence positive sur les résultats économiques de l’élevage car il n’y a pas de prime", souligne Lauriane Toutain, coordinatrice Passion du lait.

Voici quelques résultats. Le diagnostic Cap2’ER de niveau 1 (sur 64 % des fermes) donne une empreinte carbone nette (émissions - stockage) de 0,87 kg eq CO2/l de lait en moyenne. "C’est un bon résultat (moyenne française de 0,93 kg sur 3 900 diagnostics). Notre objectif est d’atteindre 0,77 kg en 2025", commente Lauriane Toutain.

Une empreinte nette de 0,87 kg eq CO2/l lait

Cinquante-quatre pour cent des élevages diagnostiqués ont au moins un équipement d’économie d’énergie, ou de production d’énergie, ou d’économie d’eau. Environ 50 ha par exploitation contribuent au maintien de la faune et de la flore (prairies, haies, bosquets).

En moyenne, les élevages audités pâturent plus de 200 jours par an. "C’est le nombre de jours pendant lesquels les vaches sont dehors plus de 6 heures par jour. Cette notion ne garantit pas forcément une alimentation en herbe fraîche. Une réflexion est en cours au Cniel pour encadrer collectivement la définition technique du 'pâturage'. Nous restons en veille sur ce sujet. Les coopératives Even, Terrena et Triskalia conseillent d’ores et déjà les investisseurs et les jeunes installés de prévoir une sortie à l’herbe contiguë au bâtiment."

La charte permettra de communiquer sur les résultats des élevages et des usines. "Elle doit aussi permettre à Laïta de développer des partenariats durables avec ses clients de l’industrie agroalimentaire et de la distribution. Nous avons deux projets à l’étude pour des filières différenciées : alimentation non OGM du troupeau, lait de pâturage."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Vous aimerez aussi

Vignette
Une charte pour installer de nouveaux coopérateurs
Son objectif : mieux accueillir les jeunes qui font le choix d’entrer dans une coopérative laitière.
Vignette
Aux États-Unis, des conditions moins stimulantes pour la production laitière

La marge sur coût alimentaire en 2018 a été une des plus basses depuis 2013 aux États-Unis…

Vignette
L’attractivité de la filière laitière au cœur des journées des coopératives laitières
Lors d’une conférence de presse organisée le 18 avril à l’occasion de leurs journées 2019, les coopératives laitières se sont…
Vignette
Projet de fermeture de la frontière avec le Mexique : les inquiétudes des coopératives laitières

 

Le projet de fermeture de la frontière américano-mexicaine de Donald Trump et son…

Vignette
Biolait régule les volumes pour limiter ses excédents de printemps
Le premier collecteur de lait bio français (1) veut limiter ses excédents de printemps sans pénaliser la…
Vignette
Isigny Ste-Mère lance la construction de sa sixième tour de séchage
Pour accompagner la montée en puissance de ses productions de poudres de lait infantile, la coopérative normande vient d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière