Aller au contenu principal
Font Size

Les premiers résultats de Passion du lait de Laïta

Jours de pâturage, économies d’énergie… 71 % des élevages ont été audités à mi-novembre. Ils livrent leurs résultats.

L’entreprise coopérative Laïta annonçait mi-novembre avoir audité 71 % des 3 250 fermes dont elle valorise le lait, pour sa démarche Passion du lait. Ce premier tour d’audits — charte des bonnes pratiques d’élevage (CBPE), Cap2’ER et le diagnostic bien-être animal — s’achèvera mi 2018. "Sur chaque exploitation, de l’audit ressort un plan d’actions, qui doit avoir une incidence positive sur les résultats économiques de l’élevage car il n’y a pas de prime", souligne Lauriane Toutain, coordinatrice Passion du lait.

Voici quelques résultats. Le diagnostic Cap2’ER de niveau 1 (sur 64 % des fermes) donne une empreinte carbone nette (émissions - stockage) de 0,87 kg eq CO2/l de lait en moyenne. "C’est un bon résultat (moyenne française de 0,93 kg sur 3 900 diagnostics). Notre objectif est d’atteindre 0,77 kg en 2025", commente Lauriane Toutain.

Une empreinte nette de 0,87 kg eq CO2/l lait

Cinquante-quatre pour cent des élevages diagnostiqués ont au moins un équipement d’économie d’énergie, ou de production d’énergie, ou d’économie d’eau. Environ 50 ha par exploitation contribuent au maintien de la faune et de la flore (prairies, haies, bosquets).

En moyenne, les élevages audités pâturent plus de 200 jours par an. "C’est le nombre de jours pendant lesquels les vaches sont dehors plus de 6 heures par jour. Cette notion ne garantit pas forcément une alimentation en herbe fraîche. Une réflexion est en cours au Cniel pour encadrer collectivement la définition technique du 'pâturage'. Nous restons en veille sur ce sujet. Les coopératives Even, Terrena et Triskalia conseillent d’ores et déjà les investisseurs et les jeunes installés de prévoir une sortie à l’herbe contiguë au bâtiment."

La charte permettra de communiquer sur les résultats des élevages et des usines. "Elle doit aussi permettre à Laïta de développer des partenariats durables avec ses clients de l’industrie agroalimentaire et de la distribution. Nous avons deux projets à l’étude pour des filières différenciées : alimentation non OGM du troupeau, lait de pâturage."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière