Aller au contenu principal

Les Pays-Bas réussiront-ils à réduire leur cheptel ?

Pour réduire leurs émissions de phosphates, les Néerlandais visent une réduction de cheptel d’environ 160 000 UGB. Les derniers chiffres de mai-juin montraient une hausse par rapport à 2015.

Les éleveurs néerlandais veulent continuer à produire malgré le risque de perte de leur dérogation à la directive nitrates.
© Projet vaches et opportunités

L’objectif de réduction des émissions de phosphate de 8,2 millions de kilogrammes sera atteint à condition que les producteurs laitiers maintiennent leur effort jusqu’au 1er janvier 2018, indiquait le ministère de l’Agriculture néerlandais en novembre dernier. Cet objectif correspond à une réduction de cheptel d’environ 160 000 UGB par rapport à juillet 2015." Or, au vu des derniers chiffres publiés par Eurostat sur le cheptel (mai-juin) et les abattages (août), les Néerlandais n’ont pas encore atteint l’objectif. "Après des abattages très importants au printemps,, les chiffres de juillet et août montrent des abattages au même niveau qu’en 2016. Le cheptel était de 1,69 million de vaches laitières et de 103 000 génisses de plus de deux ans en juin 2017, soit encore au-dessus du cheptel de juin 2015 (1,62 million VL et 102 450 G). Pour tenir leur objectif, il faudrait une reprise des abattages d’ici le 31 décembre, commente Caroline Monniot, de l’Institut de l’élevage. Les Néerlandais pratiquent aussi l’exportation de génisses dans les pays voisins. Mais cela pèse peu sur l’ensemble du cheptel." Le ministère de l’Agriculture reste confiant. Il indiquait fin novembre que la réduction de cheptel avait repris depuis la fin de l’été.

Rappelons qu’au 1er janvier 2018, les Pays-Bas ne devront pas dépasser le plafond européen de 172,9 millions de kg de phosphate, s’ils veulent conserver leur dérogation à la directive nitrates. L’enjeu est de taille. S’ils perdent cette dérogation, la réduction de cheptel imposée sera bien plus élevée, avec des conséquences pour toute la filière laitière.

Le pari risqué de certains éleveurs

Le plan de réduction des rejets de phosphate reposait sur une aide à la cessation laitière qui a concerné environ 500 exploitations. Il exigeait aussi que les éleveurs réduisent leur cheptel de 4 % par rapport à celui en place au 2 juillet 2015. Ils avaient jusqu’au 1er avril 2017 pour réformer, sans aide publique. Les éleveurs ont pu plus ou moins compenser le manque à gagner en produisant davantage de lait par vache, dans un contexte de prix du lait incitatif (417 €/t de prix garanti FrieslandCampina en octobre et novembre).

Cette bonne conjoncture a un effet pervers. "Ceux qui ont arrêté le lait ont vendu leur bonne génétique aux autres qui ont réformé les vaches les plus problématiques. La productivité par vache a donc augmenté permettant de limiter la baisse des livraisons laitières, commente Gérard You, de l’Institut de l’élevage. Avec cette recette, certains éleveurs envisagent d’acheter des quotas phosphore qui seront mis en œuvre à partir de janvier 2018, auprès d’éleveurs laitiers et porcins fermant leur atelier. Cela leur permettrait de croître à nouveau. FrieslandCampina a alerté ses adhérents sur le risque de ce pari, avec des droits à phosphate très coûteux et un risque de perte de la dérogation à la directive nitrates si l’effort de réduction est insuffisant. La coopérative invite ses adhérents à modérer leurs livraisons, sans les contraindre."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
 © J.-M. Nicol
Pas de chaleurs visibles sur mes vaches : que se passe-t-il ?
Les vaches ne parviennent-elles pas à exprimer leur comportement sexuel ou bien oublient-elles vraiment de venir en chaleur ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière