Aller au contenu principal
Font Size

Les Pays-Bas réussiront-ils à réduire leur cheptel ?

Pour réduire leurs émissions de phosphates, les Néerlandais visent une réduction de cheptel d’environ 160 000 UGB. Les derniers chiffres de mai-juin montraient une hausse par rapport à 2015.

Les éleveurs néerlandais veulent continuer à produire malgré le risque de perte de leur dérogation à la directive nitrates.
© Projet vaches et opportunités

L’objectif de réduction des émissions de phosphate de 8,2 millions de kilogrammes sera atteint à condition que les producteurs laitiers maintiennent leur effort jusqu’au 1er janvier 2018, indiquait le ministère de l’Agriculture néerlandais en novembre dernier. Cet objectif correspond à une réduction de cheptel d’environ 160 000 UGB par rapport à juillet 2015." Or, au vu des derniers chiffres publiés par Eurostat sur le cheptel (mai-juin) et les abattages (août), les Néerlandais n’ont pas encore atteint l’objectif. "Après des abattages très importants au printemps,, les chiffres de juillet et août montrent des abattages au même niveau qu’en 2016. Le cheptel était de 1,69 million de vaches laitières et de 103 000 génisses de plus de deux ans en juin 2017, soit encore au-dessus du cheptel de juin 2015 (1,62 million VL et 102 450 G). Pour tenir leur objectif, il faudrait une reprise des abattages d’ici le 31 décembre, commente Caroline Monniot, de l’Institut de l’élevage. Les Néerlandais pratiquent aussi l’exportation de génisses dans les pays voisins. Mais cela pèse peu sur l’ensemble du cheptel." Le ministère de l’Agriculture reste confiant. Il indiquait fin novembre que la réduction de cheptel avait repris depuis la fin de l’été.

Rappelons qu’au 1er janvier 2018, les Pays-Bas ne devront pas dépasser le plafond européen de 172,9 millions de kg de phosphate, s’ils veulent conserver leur dérogation à la directive nitrates. L’enjeu est de taille. S’ils perdent cette dérogation, la réduction de cheptel imposée sera bien plus élevée, avec des conséquences pour toute la filière laitière.

Le pari risqué de certains éleveurs

Le plan de réduction des rejets de phosphate reposait sur une aide à la cessation laitière qui a concerné environ 500 exploitations. Il exigeait aussi que les éleveurs réduisent leur cheptel de 4 % par rapport à celui en place au 2 juillet 2015. Ils avaient jusqu’au 1er avril 2017 pour réformer, sans aide publique. Les éleveurs ont pu plus ou moins compenser le manque à gagner en produisant davantage de lait par vache, dans un contexte de prix du lait incitatif (417 €/t de prix garanti FrieslandCampina en octobre et novembre).

Cette bonne conjoncture a un effet pervers. "Ceux qui ont arrêté le lait ont vendu leur bonne génétique aux autres qui ont réformé les vaches les plus problématiques. La productivité par vache a donc augmenté permettant de limiter la baisse des livraisons laitières, commente Gérard You, de l’Institut de l’élevage. Avec cette recette, certains éleveurs envisagent d’acheter des quotas phosphore qui seront mis en œuvre à partir de janvier 2018, auprès d’éleveurs laitiers et porcins fermant leur atelier. Cela leur permettrait de croître à nouveau. FrieslandCampina a alerté ses adhérents sur le risque de ce pari, avec des droits à phosphate très coûteux et un risque de perte de la dérogation à la directive nitrates si l’effort de réduction est insuffisant. La coopérative invite ses adhérents à modérer leurs livraisons, sans les contraindre."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière