Aller au contenu principal

Les Pays-Bas préparent l’après-dérogation nitrates

La filière laitière prépare un projet qui permettrait d’augmenter la production laitière des Pays-Bas de 20 % à horizon 2020, tout en ne détériorant pas la qualité de l’eau.

Abandonner les normes d’émissions 
et de fertilisation, et ne travailler qu’à partir du cycle des éléments minéraux, est l’idée du programme que les Pays-Bas défendront à Bruxelles.
Abandonner les normes d’émissions
et de fertilisation, et ne travailler qu’à partir du cycle des éléments minéraux, est l’idée du programme que les Pays-Bas défendront à Bruxelles.
© Projet Vaches et opportunités

L’ambition de la filière laitière néerlandaise est d’augmenter la production de 15 à 20 % entre 2012 et 2020. Cet objectif ne sera pas atteint par une augmentation des surfaces (terres très peu accessibles et coûteuses – 30 000 à 50 000 €/ha). Seule solution : poursuivre encore l’intensification des surfaces. Le problème est que les Pays-Bas partent d’un niveau déjà très élevé : 14 000 kg lait/ha, soit plus du double de la Bretagne. Une intensification pourrait se heurter à deux freins : environnemental et économique.


Améliorer l’efficacité alimentaire et celle des engrais


Côté économie, « la recherche travaille sur l’amélioration de l’efficacité alimentaire et de l’utilisation des engrais, pour une meilleure efficacité de N, P et C (azote, phosphore et carbone) : moins de pertes, moins de coûts. L’autre levier pour réduire l’impact environnemental tout en améliorant les résultats économiques est de réduire autant que possible le nombre de génisses », énumère Frans Aarts, de l’université de Wageningen, intervenant à la journée de restitution des travaux du programme européen Dairyman.
En matière d’environnement, les teneurs en nitrates des eaux ne posent pas de problème. Les Pays-Bas ont davantage un problème phosphore et ammoniac ; c’est le premier frein au développement de la production. Le second est lié au plafond d’azote organique. Certes, les Pays-Bas bénéficient de la dérogation au seuil des 170 kg N org/ha pour les systèmes très herbagers (au moins 70 % de la SAU en herbe). Les éleveurs peuvent épandre sur leurs prairies jusqu’à 250 kg N org/ha. La dérogation est demandée par 95 % des élevages laitiers, malgré les contraintes qui y sont associées (contrôles, analyses, déclaration des flux d’azote…). Mais même à ce niveau, les éleveurs néerlandais dépassent le plafond de 250 kg d’azote ! Les éleveurs néerlandais sont déjà contraints d’exporter des effluents pour tenir le plafond.
La filière laitière néerlandaise a imaginé « un nouveau truc », pour tenter de contourner l’obstacle, tout en ne dégradant pas les résultats sur la qualité de l’eau.


Travailler uniquement à partir du cycle des éléments minéraux


« L’idée est d’abandonner les normes d’émissions et de fertilisation, et de ne travailler qu’à partir du cycle des éléments minéraux. Le système reposerait sur les déclarations de chaque ferme, des entrées et sorties de N, P et C, pour évaluer les surplus et les pertes. Parmi les critères contrôlés, il y aurait l’efficacité d’utilisation de N et P des engrais et aliments, le suivi de la concentration en nitrates dans les eaux, le suivi des teneurs en matière organique et en phosphore dans le sol, les émissions de gaz à effet de serre… En cas d’échec du programme, il y aurait des limites posées sur la densité des élevages. Tout l’enjeu est de construire un dispositif solide, apportant les garanties suffisantes pour être agréé par Bruxelles », développe Frans Aarts.

Les plus lus

Eleveur veau moins de quinze jours niche individuelle
Veaux laitiers : « Je ne connais ni les diarrhées ni les problèmes pulmonaires »

À la SCEA des vertes prairies, en Seine-Maritime, Nicolas Banville concentre ses efforts sur la préparation au vêlage et la…

Pièce de monnaie
Prix du lait : Sodiaal payera 485 €/1 000 l pour 2023 en conventionnel

En conférence de presse le 4 avril, Damien Lacombe, président de Sodiaal, a annoncé 14,4€/1000 litres de ristournes pour les…

Deux stalles de robot de traite GEA
Robot ou salle de traite, les indicateurs à calculer pour bien choisir

Les tensions sur la main-d’œuvre poussent de nombreux éleveurs à sauter le pas des robots de traite. Pourtant le retour sur…

Éleveuse veaux pouponnière
« J’utilise zéro antibiotique pour élever mes veaux laitiers »

Dans les Côtes-d’Armor, le Gaec Restquelen enregistre 3,3 % de mortalité périnatale sur les quatorze derniers mois. Les…

veaux en igloo individuel
Les bons gestes pour des veaux laitiers en pleine forme dès la naissance

Il n’y a pas une seule et unique recette pour élever un veau. Ce qui est sûr, c’est que les premiers jours sont déterminants…

Yohann Barbe, président de la FNPL élu le 8 avril 2024
Yohann Barbe, nouveau président de la FNPL : « Nous ne devons plus perdre ni litre de lait, ni actif pour le produire »

Yohann Barbe, éleveur dans les Vosges, a été élu président de la FNPL le 9 avril. Il livre sa feuille de route à Réussir Lait…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière