Aller au contenu principal

Les Pays-Bas préparent l’après-dérogation nitrates

La filière laitière prépare un projet qui permettrait d’augmenter la production laitière des Pays-Bas de 20 % à horizon 2020, tout en ne détériorant pas la qualité de l’eau.

Abandonner les normes d’émissions 
et de fertilisation, et ne travailler qu’à partir du cycle des éléments minéraux, est l’idée du programme que les Pays-Bas défendront à Bruxelles.
Abandonner les normes d’émissions
et de fertilisation, et ne travailler qu’à partir du cycle des éléments minéraux, est l’idée du programme que les Pays-Bas défendront à Bruxelles.
© Projet Vaches et opportunités

L’ambition de la filière laitière néerlandaise est d’augmenter la production de 15 à 20 % entre 2012 et 2020. Cet objectif ne sera pas atteint par une augmentation des surfaces (terres très peu accessibles et coûteuses – 30 000 à 50 000 €/ha). Seule solution : poursuivre encore l’intensification des surfaces. Le problème est que les Pays-Bas partent d’un niveau déjà très élevé : 14 000 kg lait/ha, soit plus du double de la Bretagne. Une intensification pourrait se heurter à deux freins : environnemental et économique.


Améliorer l’efficacité alimentaire et celle des engrais


Côté économie, « la recherche travaille sur l’amélioration de l’efficacité alimentaire et de l’utilisation des engrais, pour une meilleure efficacité de N, P et C (azote, phosphore et carbone) : moins de pertes, moins de coûts. L’autre levier pour réduire l’impact environnemental tout en améliorant les résultats économiques est de réduire autant que possible le nombre de génisses », énumère Frans Aarts, de l’université de Wageningen, intervenant à la journée de restitution des travaux du programme européen Dairyman.
En matière d’environnement, les teneurs en nitrates des eaux ne posent pas de problème. Les Pays-Bas ont davantage un problème phosphore et ammoniac ; c’est le premier frein au développement de la production. Le second est lié au plafond d’azote organique. Certes, les Pays-Bas bénéficient de la dérogation au seuil des 170 kg N org/ha pour les systèmes très herbagers (au moins 70 % de la SAU en herbe). Les éleveurs peuvent épandre sur leurs prairies jusqu’à 250 kg N org/ha. La dérogation est demandée par 95 % des élevages laitiers, malgré les contraintes qui y sont associées (contrôles, analyses, déclaration des flux d’azote…). Mais même à ce niveau, les éleveurs néerlandais dépassent le plafond de 250 kg d’azote ! Les éleveurs néerlandais sont déjà contraints d’exporter des effluents pour tenir le plafond.
La filière laitière néerlandaise a imaginé « un nouveau truc », pour tenter de contourner l’obstacle, tout en ne dégradant pas les résultats sur la qualité de l’eau.


Travailler uniquement à partir du cycle des éléments minéraux


« L’idée est d’abandonner les normes d’émissions et de fertilisation, et de ne travailler qu’à partir du cycle des éléments minéraux. Le système reposerait sur les déclarations de chaque ferme, des entrées et sorties de N, P et C, pour évaluer les surplus et les pertes. Parmi les critères contrôlés, il y aurait l’efficacité d’utilisation de N et P des engrais et aliments, le suivi de la concentration en nitrates dans les eaux, le suivi des teneurs en matière organique et en phosphore dans le sol, les émissions de gaz à effet de serre… En cas d’échec du programme, il y aurait des limites posées sur la densité des élevages. Tout l’enjeu est de construire un dispositif solide, apportant les garanties suffisantes pour être agréé par Bruxelles », développe Frans Aarts.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière