Aller au contenu principal

Les nouvelles tendances en maïs fourrage

Techniques culturales simplifiées, resserrement des rangs, réduction des densités de semis… De nouvelles pratiques culturales émergent et revisitent l’itinéraire technique du maïs fourrage.

Des éleveurs novateurs
Des éleveurs novateurs
© C. Watier

La sole en maïs fourrage représente 1 484 000 hectares en 2014. Celle-ci a légèrement progressé par rapport à 2013 (1 476 000 hectares) et globalement, ces dernières années, la surface en maïs fourrage a tendance à évoluer à la hausse.

La dynamique d’agrandissement des structures et le regroupement d’élevages se montrent favorables à l’intensification et à l’augmentation de la part de maïs dans les systèmes. Pour autant, le maïs plat unique ne fait plus l’unaminité aujourd’hui. Dans les rations de vaches laitières, ce fourrage se trouve généralement associé à l’herbe conservée. De plus, d’autres formes de valorisation du maïs se développent dans les élevages, telles que le maïs épi et le maïs grain humide.

Sur le plan cultural aussi, le maïs se réinvente. C’est l’idée de ce dossier. Sur le terrain, de nouvelles pratiques émergent pour gagner du temps, réaliser des économies et optimiser l’emploi des intrants. Ces évolutions, souvent à l’initiative d’éleveurs novateurs évoluant en réseaux, font de plus en plus d’adeptes.

À commencer par les techniques simplifiées de travail du sol, qui marchent de pair avec le développement des couverts végétaux et s’inscrivent dans le souci de la préservation de la vie du sol. Le resserrement des écartements entre rangs —qui permet d’avoir un seul parc matériel calé sur le même espacement —ou encore la réduction des densités de semis commencent aussi à faire leur chemin.

Divers essais sont menés par les instituts techniques et les semenciers pour cerner, s’il faut ou non, revoir les préconisations diffusées aux éleveurs.

Le point fort du maïs reste sa richesse en énergie. Mais quid de sa teneur protéique ? D’où l’idée de le cultiver avec du soja pour limiter son déséquilibre en azote. Déjà testé en Pays de la Loire il y a une dizaine d’années, ce duo est expérimenté en Rhône-Alpes cette fois.

Lancée par les groupements bio, l’étude des maïs populations ouvrira peut-être aussi des perspectives pour récolter des ensilages plus équilibrés, dotés de meilleures teneurs en MAT. Enfin, vous trouverez aussi dans ce dossier une autre association originale, le maïs-sorgho, dont l’objectif, est quant à lui, de sécuriser le rendement sur les terres difficiles.

SOMMAIRE DU DOSSIER

Page 32 : Quelles évolutions culturales ? Écartements, densités...

Page 40 : Un itinéraire technique revisité - Au Gaec de la Brosse

Page 44 : Rendements identiques avec le strip-till - Chez Philippe Doublet

Page 48 : Des associations innovantes - Sorgho, soja, bi-variétés

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière