Aller au contenu principal
Font Size

Les ministres de l'UE ont rendu leur copie sur le règlement bio

Les États membres ont validé le 16 juin 2015 un accord sur des questions sensibles comme la périodicité des contrôles, la mixité (bio et non bio), l'attache des animaux... Au parlement désormais de donner sa position.

Le Conseil est favorable à la dérogation portant sur l'attache en hiver pour les troupeaux de 50 vaches maximum.
Le Conseil est favorable à la dérogation portant sur l'attache en hiver pour les troupeaux de 50 vaches maximum.
© F. Mechekour

Les propositions de la Commission européenne ont mis en exergue de profondes divisions entre les États membres sur les questions de la fréquence des contrôles et surtout la présence de résidus de produits ou substances interdites dans les produits bio. Après deux ans d'âpres discussions, le Conseil a fini par trancher. Il est opposé à l'adoption de seuils de résidus, mais propose que « les États membres qui ont mis en place un tel dispositif avant 2015 puissent le maintenir jusqu'en 2020 », explique Clara Gasser, de la Fnab. Cet avis conforte le choix de la France qui n'a pas opté pour un tel dispositif. Les ministres ont donné un avis favorable au maintien des contrôles annuels tout en laissant la possibilité de baisser leur fréquence pour « les opérateurs à faible risque », une catégorie qui reste encore à définir. La Fnab regrette cette position dans la mesure où « le maintien du contrôle annuel est un gage de crédibilité pour la filière bio ».

L'examen des règles de lien au sol est reporté

Par ailleurs, les ministres de l'Agriculture ont rejeté les propositions de Bruxelles visant à retirer certaines dérogations. C'est notamment le cas pour les dérogations portant sur « la mixité (production bio et non bio sur une même exploitation) et la possibilité de renouveler 10 % du troupeau avec des animaux issus d'élevages conventionnels et jusqu’à 40% après accord de l’organisme certificateur dans certains cas (extension importante, changement de race, nouvelle spécialisation) ». La position est la même pour les dérogations sur l'utilisation de semences conventionnelles non traitées quand elles ne sont pas disponibles en bio et l'attache des animaux en hiver pour les troupeaux de 50 vaches maximum (avec sortie des animaux deux fois par semaine). En revanche, les ministres ont botté en touche sur le volet des règles de lien au sol. « Selon le règlement actuel, 60 % de l'alimentation des animaux doit provenir de l'exploitation ou de la région, sachant que pour la France, la région équivaut au pays. La Commission a proposé de porter ce pourcentage à 90 %, mais le Conseil des ministres a reporté l’examen de ces règles détaillées », indique Clara Gasser. Pour autant, rien n'est encore joué. Le Parlement européen devrait à son tour signifier sa position au plus tard cet automne. Puis les trois parties (Bruxelles, Conseil des ministres et Parlement) se réuniront à nouveau pour finaliser le projet à une date encore inconnue.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière