Aller au contenu principal

Les ministres de l'UE ont rendu leur copie sur le règlement bio

Les États membres ont validé le 16 juin 2015 un accord sur des questions sensibles comme la périodicité des contrôles, la mixité (bio et non bio), l'attache des animaux... Au parlement désormais de donner sa position.

Le Conseil est favorable à la dérogation portant sur l'attache en hiver pour les troupeaux de 50 vaches maximum.
Le Conseil est favorable à la dérogation portant sur l'attache en hiver pour les troupeaux de 50 vaches maximum.
© F. Mechekour

Les propositions de la Commission européenne ont mis en exergue de profondes divisions entre les États membres sur les questions de la fréquence des contrôles et surtout la présence de résidus de produits ou substances interdites dans les produits bio. Après deux ans d'âpres discussions, le Conseil a fini par trancher. Il est opposé à l'adoption de seuils de résidus, mais propose que « les États membres qui ont mis en place un tel dispositif avant 2015 puissent le maintenir jusqu'en 2020 », explique Clara Gasser, de la Fnab. Cet avis conforte le choix de la France qui n'a pas opté pour un tel dispositif. Les ministres ont donné un avis favorable au maintien des contrôles annuels tout en laissant la possibilité de baisser leur fréquence pour « les opérateurs à faible risque », une catégorie qui reste encore à définir. La Fnab regrette cette position dans la mesure où « le maintien du contrôle annuel est un gage de crédibilité pour la filière bio ».

L'examen des règles de lien au sol est reporté

Par ailleurs, les ministres de l'Agriculture ont rejeté les propositions de Bruxelles visant à retirer certaines dérogations. C'est notamment le cas pour les dérogations portant sur « la mixité (production bio et non bio sur une même exploitation) et la possibilité de renouveler 10 % du troupeau avec des animaux issus d'élevages conventionnels et jusqu’à 40% après accord de l’organisme certificateur dans certains cas (extension importante, changement de race, nouvelle spécialisation) ». La position est la même pour les dérogations sur l'utilisation de semences conventionnelles non traitées quand elles ne sont pas disponibles en bio et l'attache des animaux en hiver pour les troupeaux de 50 vaches maximum (avec sortie des animaux deux fois par semaine). En revanche, les ministres ont botté en touche sur le volet des règles de lien au sol. « Selon le règlement actuel, 60 % de l'alimentation des animaux doit provenir de l'exploitation ou de la région, sachant que pour la France, la région équivaut au pays. La Commission a proposé de porter ce pourcentage à 90 %, mais le Conseil des ministres a reporté l’examen de ces règles détaillées », indique Clara Gasser. Pour autant, rien n'est encore joué. Le Parlement européen devrait à son tour signifier sa position au plus tard cet automne. Puis les trois parties (Bruxelles, Conseil des ministres et Parlement) se réuniront à nouveau pour finaliser le projet à une date encore inconnue.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière