Aller au contenu principal

Fumure starter sur maïs
Les microgranulés cherchent leur marché

Les engrais starter en microgranulés ont des atouts. Mais la différence de prix et d´efficacité avec les starter classiques risque d´être un frein.


Bien connue, la fumure starter consiste à localiser au moment du semis une petite quantité d´engrais, à cinq ou six centimètres de la ligne de semis. L´objectif est de satisfaire les premiers besoins de la plante en phosphore et en azote.
De nouveaux produits sous forme de microgranulés ont fait leur apparition sur le marché. Localisés sous la ligne de semis, ils présentent une composition très proche de celle des engrais starter classiques, mais s´utilisent à plus petite dose : 20 kg/ha au lieu de 130 kg/ha.
©D. R.

L´apport en phosphore se limite ainsi à 10 kg/ha. « C´est un avantage indéniable dans les zones excédentaires en phosphore, où la fumure starter pourrait un jour être interdite », souligne Philippe Desvignes, d´Arvalis, en rappellant que cette pratique favorise aussi une meilleure répartition de l´engrais sur la ligne de semis. « Au niveau de l´azote, cette solution permet également de réduire les risques d´intoxication », poursuit le spécialiste. Mais pour utiliser cette technique, encore faut-il que le semoir soit équipé d´un microgranulateur et que ce dernier ne soit pas utilisé pour un traitement insecticide. « Côté résultats, d´après les différents essais menés, l´efficacité des microgranulés sur le démarrage de la culture apparaît intermédiaire entre celle d´un semis réalisé sans apport d´engrais et celle obtenue avec un starter classique. » Reste à savoir si les éleveurs seront prêts à accepter cet écart. D´autant que les microgranulés coûtent en moyenne 15 ?/ha plus cher qu´un starter classique.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière