Aller au contenu principal
Font Size

Fumure starter sur maïs
Les microgranulés cherchent leur marché

Les engrais starter en microgranulés ont des atouts. Mais la différence de prix et d´efficacité avec les starter classiques risque d´être un frein.


Bien connue, la fumure starter consiste à localiser au moment du semis une petite quantité d´engrais, à cinq ou six centimètres de la ligne de semis. L´objectif est de satisfaire les premiers besoins de la plante en phosphore et en azote.
De nouveaux produits sous forme de microgranulés ont fait leur apparition sur le marché. Localisés sous la ligne de semis, ils présentent une composition très proche de celle des engrais starter classiques, mais s´utilisent à plus petite dose : 20 kg/ha au lieu de 130 kg/ha.
©D. R.

L´apport en phosphore se limite ainsi à 10 kg/ha. « C´est un avantage indéniable dans les zones excédentaires en phosphore, où la fumure starter pourrait un jour être interdite », souligne Philippe Desvignes, d´Arvalis, en rappellant que cette pratique favorise aussi une meilleure répartition de l´engrais sur la ligne de semis. « Au niveau de l´azote, cette solution permet également de réduire les risques d´intoxication », poursuit le spécialiste. Mais pour utiliser cette technique, encore faut-il que le semoir soit équipé d´un microgranulateur et que ce dernier ne soit pas utilisé pour un traitement insecticide. « Côté résultats, d´après les différents essais menés, l´efficacité des microgranulés sur le démarrage de la culture apparaît intermédiaire entre celle d´un semis réalisé sans apport d´engrais et celle obtenue avec un starter classique. » Reste à savoir si les éleveurs seront prêts à accepter cet écart. D´autant que les microgranulés coûtent en moyenne 15 ?/ha plus cher qu´un starter classique.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière