Aller au contenu principal
Font Size

Les « mélanges suisses » de fourragères ont des atouts

En Suisse, la recherche publique élabore, en concertation avec tous les acteurs du secteur, des recettes de mélanges standard pour les prairies à composer à partir d’une liste de variétés recommandées. Ce schéma peut sembler rigide, mais a l’avantage de ne pas laisser de place aux effets de mode.

UN MÉLANGE SUISSE LABELLISÉ ADCF correspond à une recette indiquant les espèces,
et pour chaque espèce la ou les variété(s) et la dose de semis. Il existe une
trentaine de mélanges, pour des objectifs et des conditions très divers.
UN MÉLANGE SUISSE LABELLISÉ ADCF correspond à une recette indiquant les espèces,
et pour chaque espèce la ou les variété(s) et la dose de semis. Il existe une
trentaine de mélanges, pour des objectifs et des conditions très divers.
© Agroscope

L’association suisse pour le développement de la culture fourragère (ADCF) réunit les agriculteurs et les institutions intéressés à la production fourragère. C’est une sorte d’interprofession des prairies, dont la création date de 1934.

Elle délivre un label aux recettes de mélanges de fourragères qui ont prouvé leur intérêt. Les mélanges suisses standard munis du label ADCF ne contiennent que des variétés figurant sur la « liste des variétés recommandées de plantes fourragères » qui est établie par Agroscope, centre de compétences de la Confédération pour la recherche agricole équivalent à l’Inra et d’autres instituts français.

Sur cette liste, les variétés qui se sont montrées les meilleures dans les essais réalisés en Suisse sont retenues. « Nos sites expérimentaux couvrent une multitude de zones et de climats et permettent de bien appréhender le comportement des variétés pour nos conditions. Il s’agit de sols représentatifs de zones de grandes cultures de plaine aux zones herbagères d’altitude. Nous n’avons pas, par exemple, d’essais sur sols hydromorphes », précise Éric Mosimann, d’Agroscope.

Une note de force de concurrence pour les variétés

Agroscope effectue l’examen sur trois ans des variétés nouvellement sélectionnées, et les compare aux variétés déjà recommandées. Les critères mesurés sont semblables à ceux utilisés en France pour l’inscription des variétés au catalogue, et s’y ajoute une note de force de concurrence.

Pour les graminées comme le dactyle et le ray-grass, à côté de chaque microparcelle où la variété est semée pure, elle est mélangée à hauteur de 65 % avec un trèfle blanc et un trèfle violet témoins et on note sa capacité d’association. Ceci double la surface des essais.

À l’issue des essais, les variétés sont évaluées selon les divers critères et si elles se révèlent intéressantes, elles entrent dans la liste des variétés recommandées.

Ce choix est très sévère car, par exemple pour 2015-2016, seulement vingt et une variétés de ray-grass anglais, dix variétés de trèfle blanc, sept variétés de fétuque élevée sont recommandées.

Des espèces secondaires étudiées

Ce travail est réalisé pour de nombreuses espèces, dont en particulier des espèces secondaires comme le pâturin des prés, la fétuque rouge, le vulpin des prés, l’avoine jaunâtre

D’autre part, Agroscope conduit des essais sur les mélanges standard durant cinq ans, sur cinq à six lieux et en conditions pratiques chez des éleveurs, pour étudier la pertinence de faire évoluer leur composition.

Actuellement sont testés des mélanges de graminées comportant du sainfoin pour des prairies de fauche. L’intérêt de la variété de trèfle violet de petite taille Pastor dans des mélanges longue durée pour pâture est aussi toujours en cours d’expérimentation.

« Il est cependant extrêmement difficile de prendre position dans l’absolu au sujet des mélanges », commente Éric Mosimann. Par exemple, la variété Luzelle, luzerne flamande à port étalé, a fait l’objet d’essais en mélanges en Suisse il y a une vingtaine d’années et n’a pas été retenue à l’époque du fait de sa faible force de concurrence. Mais elle présente cependant un intérêt dans certaines conditions climatiques actuelles.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière