Aller au contenu principal

Les marchés se redressent

Enfin un signal positif de sortie de crise ! Les cotations se redressent et cela devrait durer. La production mondiale marque le pas.

Les premiers signes d'un redressement du marché sont apparus en juin, avec des cotations Atla du beurre et de la poudre grasse (marché France) et des enchères Fonterra en hausse depuis fin mai. "Aujourd'hui, on parle même de pénurie de beurre dans un futur proche. Les cours vont continuer à grimper", pronostique Gérard Calbrix, économiste à Atla (Association de la transformation laitière française). "Il n'y a pas de stocks de beurre à l'intervention en Europe, et la demande mondiale est très dynamique, avec un retour en grâce des matières grasses laitières au détriment du végétal. Aux USA, le beurre taille des croupières à la margarine", explique Benoît Rouyer, économiste au Cniel.

Les marchés des fromages d'exportation (Gouda, Edam) se redressent aussi, et même la cotation poudre de lait écrémé est passée de 1650 euros la tonne en avril dernier à 1770 E/t au 14 août. "Mi-août, il n'y avait quasiment plus de mise à l'intervention. Mais les stocks étant considérables (plus de 300 000 tonnes), la Commission mettra bien deux ans à les écouler", indique Gérard Calbrix. De quoi empêcher une flambée des prix sur la protéine laitière.

Ces évolutions sur les prix des contrats de produits industriels donnent l'espoir d'une remontée des prix du lait d'ici la fin de l'année. Reste à voir si les transformateurs anticiperont la hausse du prix du lait pour soutenir leurs producteurs.

La collecte de l'UE à 28 baisse en juin

"Cette situation sur les marchés est durable, car la production laitière marque le pas." La collecte est en baisse sensible dans l'hémisphère sud : -12% en Argentine sur les cinq premiers mois 2016 par rapport aux cinq premiers mois 2015, -5% en Australie sur les cinq mois 2016, -2% en Nouvelle-Zélande pour la campagne juillet 2015- juillet 2016 (Source : Institut de l'élevage). "En juin, la production de l'Union européenne commence à baisser, de 1,8% par rapport à juin 2015. Et cette baisse sera certainement accentuée cet été. Les éleveurs ont vendu des vaches, arrêté le lait, réduit les concentrés. Seuls les Irlandais et les Néerlandais continueront peut-être encore d'accroître leur collecte", détaille Gérard Calbrix. Agritel (conseillers en investissements financiers) a chiffré la progression à +4,4% en juin pour l'Irlande et +4,8% aux Pays-Bas, une progression bien moins forte que depuis le début de l'année (+9 à 13%).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière