Aller au contenu principal

Les laits classiques se rebiffent

Le succès des laits de consommation spécifiques ne compense pas le recul des laits classiques. Sur ce créneau, les initiatives se multiplient pour le redynamiser.

Dans son ensemble, le marché total du lait de consommation (ventes grande distribution) a encore reculé sur un an: entre le premier trimestre 2018 par rapport au premier trimestre 2017, il baisse en volume de -2,4%. En valeur, il enregistre un +0,3%.

Certains créneaux sont en progression. Le lait pasteurisé et fermenté a récemment regagné du terrain (+1,2% en volume, +3,1% en valeur), mais cette tendance reste un épiphénomène au regard du segment poids lourd du lait longue conservation (LLC) qui continue de reculer en volume (-2,5%) mais affiche un +0,1% en valeur.

Les laits spécifiques - arômatisé, facile à digérer, biologique... - progressent en volume et en valeur : Toutefois, "la bonne orientation des laits spécifiques ne compense pas la baisse des volumes du demi-écrémé et de l'entier classiques", commente Gérald Saada, directeur marketing de Candia.

Face aux marques engagées, Lactel et Candia sortent du bois

Depuis quelques temps, des marques régionales et/ou éthiques se développent tout azymut (encore classées dans la catégorie du demi-écrémé classique). Elles auraient un impact encore limité, avec 4,5% des volumes du demi-écrémé (environ 65 millions de litres). "Elles n'apportent pas d'additionnel au marché. Il s'agit majoritairement de cannibalisation", ajoute Etienne Verdier, directeur marketing de Lactel. Certaines de ces marques sont peu valorisées (moins de 0,90 €/l). Aux dires des observateurs, certaines d'entre elles sont amenées à disparaître.

Les acteurs nationaux entendent réellement monter en gamme sur le demi-écrémé, comme l'illustre le lancement fin 2017 de l'Appel des prés de Lactalis (lire Réussir lait xxxxxx). "Nous avons des objectifs très ambitieux", confie Etienne Verdier. Une campagne de communication est prévue cet été. De son côté, Candia vient de lancer Les Laitiers responsables (lire Réussir lait xxxx).

Graphique

Titre du Graphique : De multiples segments dans le lait longue conservation

Commentaire du graphique : Le marché total du lait de consommation (ventes en grande distribution) représente 2 milliards de litres et 1,88 milliards d'euros (cumul annuel mobile au 1er trimestre 2018). Le lait longue conservation (LLC) pèse 96% de ce marché en volume et 95% en valeur. Voici l'évolution de ces différents segments sur un an.

La balance commerciale s'améliore

En 2017, les laiteries françaises ont conditionné 3,4 milliards de litres de lait (-2,6% par rapport à 2016). Les Français ont acheté 3,15 milliards de litres de lait de consommation, dont 2,4 milliards en grande distribution.

La France a exporté 343 millions de litres de lait conditionné (légère baisse) vers l'Italie, l'Espagne et la Chine. Les importations ont continué de fortement diminuer (-27%), grâce à la démarche "Lait collecté et conditionné en France" et à l'intérêt des consommateurs pour l'origine France et les laits locaux. L'excédent commercial s'améliore encore par rapport à 2016 (+18,7%) et atteint +123 millions d'euros en 2017.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière