Aller au contenu principal

Dans le sud-ouest
Les laiteries espagnoles mettent le prix du lait sous pression

Le maïs au prix affolant est un concurrent plus redoutable que les laiteries espagnoles pour les transformateurs du Sud-Ouest.

Les laiteries espagnoles, en pénurie de lait, cherchent du lait en France. « Les prix sont complètement décalés : près de 400 euros pour 1000 litres pour du lait flottant (début octobre), contre 310- 320 euros en appliquant la recommandation nationale dans la région Sud- Ouest(1), primes comprises », précise Hubert Majesté, responsable lait à la FDSEA des Pyrénées-Atlantiques. Cette surenchère s’ajoute à une situation déjà tendue dans le Sud-Ouest. « Les cours des céréales sont très élevés, accentuant les difficultés de trésorerie des éleveurs. En outre, avec son prix affolant, le maïs concurrence durement le lait. Le découplage permet en effet aux producteurs de cesser le lait pour faire des céréales, en profitant de leurs DPU et des prix des céréales », expose Hubert Majesté. Dans une région en sous-réalisation, et où la production laitière est en recul, cette situation a de quoi inquiéter les laiteries. Surtout quand les Espagnols cherchent du lait en France.

COMPLÉMENTS DE PRIX SUR AOÛT
« Quelques éleveurs ont effectivement quitté leur laiterie, mais la plupart exercent des pressions sur leur laiterie, menaçant de partir », indique Hubert Majesté. Face à la double concurrence du maïs et des Espagnols, « les laiteries du Sud-Ouest ont presque toutes donné un complément de prix sur la paie du mois d’août, de l’ordre de 20 euros pour 1000 litres. Et celles qui ne l’ont pas fait en août le feront peut-être en septembre », ajoute Jean Doumeng, secrétaire général FRPL Sud-Ouest, qui ajoute que ces compléments sont parfois obtenus à l’arrachée, et qu’ils sont plus durs à obtenir des coopératives. Lactalis déclare ne pas prévoir de complément de prix pour l’instant (mi-octobre). Même son de cloche à la coopérative 3A. La FDSEA et l’interprofession expliquent que les laiteries ne veulent pas afficher ces « coups de pouce », mais que Lactalis devrait faire quelque chose pour la paie de septembre, et que 3A donnerait un coup de pouce sous une autre forme que le complément de prix. ■ Costie Pruilh

(1) Le bassin laitier Sud-Ouest couvre les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière