Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Filière lait
Les JA proposent une gestion collective de la collecte


L´accord interprofessionnel sur le prix du lait tient compte désormais de la part transformée en beurre-poudre par une entreprise. Pour les Jeunes agriculteurs, cet accord doit être temporaire. « Nous sommes opposés au principe d´une différenciation du prix du lait au producteur, qui est fonction du positionnement de sa laiterie. », déclare Pascal Nizan, vice-président des JA. « Ce système permet aux entreprises de rester rentables malgré un mauvais positionnement, alors que les éleveurs font de gros efforts. »
Les JA ont donc imaginé un système qui permet l´équité entre producteurs. La collecte serait gérée de façon collective (hors AOC et filières spéciales) par bassin de production. Le lait serait vendu aux transformateurs à un prix différent selon leurs valorisations, mais les producteurs pourraient être payés au même prix.

Les volumes de lait pourraient être orientés en fonction de la demande des marchés. « Les industriels auraient un apport de lait garanti régulier sur l´année. Ils n´auraient plus à surdimensionner leurs outils pour traiter des pics de collecte. » Les JA vont plus loin. Ils entendent bien que la filière française ne laisse pas les nordiques capter seuls la hausse de la demande mondiale en produits laitiers, « grâce à une filière très bien organisée et de vrais outils collectifs de transformation et de commercialisation ».
Cette idée est en train d´être examinée par l´interprofession. L´idée est séduisante, mais est-elle réalisable ? Elle pourrait se heurter à un obstacle juridique et aux éleveurs, qui perdraient à cette redistribution des prix. Enfin, les transformateurs pourraient ne pas accepter de n´avoir plus la main-mise sur la collecte.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Loren Duhameau. « Pour faire ce métier, il faut vraiment être mordu. Il y a des jours où j’ai envie de tout arrêter. Mais tant que j’ai du soutien, ça va. » © J. Pertriaux
« Les femmes ont autant leur place que les hommes ! »
À Caligny dans l’Orne, Loren Duhameau s’est installée en individuel à 25 ans. Une installation précipitée par des circonstances…
Michel Nalet, directeur général relations externes et communication du Groupe Lactalis
Lactalis : "La crise liée au Covid-19 nous fait craindre une baisse de la valorisation du lait à moyen terme"
Michel Nalet, du groupe Lactalis, craint l'effet du gonflement des stocks de poudre, beurre et fromage. Et l'…
Un rail électrifié fixé à al charpente guide la pailleuse. © C. Armager
Bâtiment d’élevage : « La pailleuse suspendue améliore nos conditions de travail »
À la tête d'un troupeau de 85 laitières, les associés du Gaec Amarger, dans le Cantal, ont investi dans une pailleuse suspendue…
L'élevage de 380 vaches de Henning Münster,  380 vaches dans le Schleswig-Holstein. © Élevage Münster
Allemagne : prix du lait à 280 à 300 €/1 000 l dès mai ?
Avril n’est que le début de la crise. En Allemagne, les perspectives de prix du lait à six mois ne sont guère enthousiasmantes.
Faneuse et andaineur : les bons réglages pour un bon fourrage
Machinisme
La qualité des fourrages secs ou ensilés dépend bien sûr du niveau de maturité de l’herbe, des espèces présentes dans la parcelle…
 © F. Mechekour
Trois caméras dans la désileuse pour plus de sécurité et de confort
Chez Gilbert Lucas, dans le Pas-de-Calais. La vie et la santé n’ayant pas de prix, l’éleveur a décidé d'installer trois caméras…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière