Aller au contenu principal

Entrepreneurs du lait
Les industriels laitiers se penchent sur la lutte contre le gaspillage alimentaire

Pour la deuxième édition de son cycle de conférences des entrepreneurs du lait, la Fnil, fédération des industries laitières, a choisi de s’intéresser au gaspillage alimentaire. Peut-on mieux faire?

rayon de supermarché produits laitiers
© J. C. Gutner

Le gaspillage alimentaire est un vrai sujet. Selon les chiffres 2016 de l’Ademe, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, on estime à 10 millions de tonnes, soit 20 kg par personne, le poids des déchets alimentaires gaspillés chaque année en France. Même si les chiffres restent imprécis. Dans le monde, c’est un tiers des aliments destinés à la consommation humaine qui serait gaspillé. Pour la deuxième édition de son cycle de conférences des entrepreneurs du lait, la Fnil, fédération des industries laitières, a choisi de s’intéresser à ce sujet consensuel sur le fond, plus complexe dans ses solutions pratiques. Avec une question, peut-on mieux faire ??

Les dons une solution insuffisante

Alors que le projet de loi anti-gaspillage et pour l’économie circulaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, Guillaume Garot, président du Conseil national de l’alimentation, ancien ministre insiste : « Aidons les industriels à avancer en donnant une dimension nationale à cette question, en labellisant les initiatives des professionnels et en mobilisant l’éducation nationale ». Il  ajoute « la lutte contre le gaspillage alimentaire ne peut pas se résumer aux dons aux associations ». Un point de vue partagé par Jacques Bailet, président des Banques alimentaires qui rappelle que la première raison d’être de son association est la lutte contre la précarité. « Alors que nous recevons 2 millions de litres de lait par an, début décembre, nous sommes obligés de refuser des packs de lait UHT en date limite de consommation du 15 janvier parce qu’on ne sait pas les distribuer avant cette date limite. Il faut un observatoire du gaspillage». Un constat partagé, par Lucie Bash, fondatrice de To good to go, l'une des start-up qui cherche à mettre en contact via une application consommateurs et produits proches des dates limites de consommation: « les associations ne peuvent pas tout prendre, d’où la nécessité de trouver d’autres débouchés aux invendus », estime-t-elle.

Les dates limites une source de gaspillage

Pour Frédérick Bourget, directeur du pôle frais de la Sill, la lutte contre le gaspillage commence dès le ramassage et la collecte du lait et se poursuit lors des process de fabrication. Reste la question, pour les produits frais, des dates limites de consommation qui font que « quelquefois on ne peut pas vendre pour un jour de date ». Un gaspillage potentiel amplifié par un consommateur perdu entre DLC, date limite de consommation et DDM, date de durabilité minimale (ex DLUO date limite d’utilisation optimale).

Jehan Moreau, directeur d’ATLA a conclu en soulignant, pour les industriels laitiers, le challenge de la responsabilité d’informer le consommateur et celle de garantir un niveau d’hygiène alimentaire exceptionnel dans notre pays. Et en rappelant que l’industrie laitière est partenaire de SOLAAL, la structure qui favorise les dons de lait entre les agriculteurs et les associations.

Anne-Marie Paulais.

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière