Aller au contenu principal

Les index génomiques gagnent en précision

Une nouvelle méthodologie de calcul pour les races laitières a été adoptée en avril avec à la clé des index plus fiables mais aussi des variations, parfois fortes, chez les jeunes taureaux.

Le CD moyen de l’index production laitière des jeunes veaux passe de 56 à 66 en Normande, de 64 à 71 en Holstein et de 58 à 68 en Montbéliarde.
Le CD moyen de l’index production laitière des jeunes veaux passe de 56 à 66 en Normande, de 64 à 71 en Holstein et de 58 à 68 en Montbéliarde.
© F. Mechekour

« L’utilisation d’un nouveau modèle d’indexation combiné à l’augmentation des populations de référence en races Holstein, Normande, Montbéliarde et Brune ainsi que la prise en compte des performances individuelles des femelles permettront d’avoir des index plus fiables et plus précis », ont annoncé dans un communiqué commun Allice, l’Inra et l’Institut de l’élevage. La nouveauté concerne notamment le choix de combiner la méthode française avec « celle majoritairement en cours dans les autres pays utilisant la sélection génomique (Allemagne, Pays-Bas, Canada, USA…) ». Par ailleurs, la taille de la population de référence, c'est-à-dire l’ensemble des animaux à la fois génotypés et avec performances qui servent de base aux calculs des index génomiques, « s’accroît fortement dans toutes les races ». Elle inclut en effet maintenant en Normande et Montbéliarde « toutes les femelles génotypées et disposant de performances ». Les races Holstein et Brune bénéficient « d’un apport massif et continu de taureaux étrangers (consortium EuroGenomics et programme Intergenomics respectivement) ».

Un gain moyen de fiabilité compris entre 8 et 11 points

Au final, le gain moyen de CD (fiabilité de l'index) est de 8 points à 11 points selon la race. Ils restent toutefois inférieurs à ceux des taureaux confirmés sur descendance : CD de 71 contre 94 pour l’index lait des taureaux Holstein nés depuis 2006 et ayant plus de 100 filles. Ce gain de précision s’accompagne d’une variation parfois forte des index de certains jeunes taureaux sans filles (générations des « G », « H » et « I ») sur lesquelles nous reviendrons le mois prochain. « Elle serait survenue à l’arrivée de leurs filles », précise Stéphane Barbier, d’Allice.

Des reclassements mêmes entre pleins-frères

Notez d’ores et déjà que des écarts de classement amplifiés sont constatés entre pleins-frères ou pleines-sœurs, en raison d’une baisse du poids du pedigree dans leurs index. En effet, dans l’ancien modèle, « deux pleins-frères (sans performance) avaient une composante commune liée à leur ascendance (index polygéniques des parents) qui pesait pour environ 50 % dans leurs index », explique Stéphane Barbier. « Maintenant, la méthode prend en compte uniquement les marqueurs génétiques. Et les reclassements entre pleins-frères sont liés au fait qu’ils n’ont pas reçu les mêmes gènes de leurs parents. » Les femelles sont aussi concernées par la refonte de la méthodologie. Les résultats d’indexation des femelles évolueront désormais tout au long de leur carrière avec la prise en compte de leurs performances.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« Le groupe Dephy permet d’échanger entre nous et de partager la prise de risques », souligne Hervé Dreuslin qui vient d’intégrer un groupe 30 000 d’Eureden, destiné à diffuser plus largement l’expérience acquise dans les groupes Dephy. © A. Conté
Réduction des phytos en élevage : « Cela me pesait de toujours prendre le pulvé »
En Ille-et-Vilaine, Hervé Dreuslin a intégré un groupe Dephy dès sa création en 2012. Les changements introduits au fil des ans…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière