Aller au contenu principal

Les Hollandais cultivent une autre vision des prairies

La fonction productive des prairies apparaît nettement plus importante pour les éleveurs hollandais que français.
La fonction productive des prairies apparaît nettement plus importante pour les éleveurs hollandais que français.
© Projet Vaches et Opportunités

Présentés lors des journées AFPF (Association française pour la production fourragère), les résultats du programme européen Multisward fournissent un aperçu de l’appréciation des différentes fonctions des prairies en Europe. Pendant quatre ans, un questionnaire en huit langues sur les fonctions des prairies a été mis en ligne. Près de 2000 réponses, principalement issues de France, Belgique, Irlande, Italie, Pays-Bas et Pologne ont été obtenues.
Les acteurs interrogés sont pour une majorité des chercheurs, des conseillers, des agriculteurs
et des étudiants.


Les Hollandais abordent les prairies d’abord sous le prisme économique


Ce qui est intéressant dans cette enquête, ce sont les différences de perception du rôle des prairies selon les pays. En particulier entre la France et les Pays-Bas(1). « La fonction productive des prairies apparaît nettement plus importante aux yeux des producteurs hollandais », souligne Agnès van den Pol, rapporteuse du projet. La prairie évoque avant tout pour eux « un fourrage de haute valeur alimentaire », associé à « la production de lait de vache » et contribuant à « une alimentation animale économe ».

Trois items auxquels les éleveurs français sont loin d’accorder la même importance. « Les éleveurs hollandais sont très pragmatiques, analyse Jean-Louis Peyraud, de l’Inra de Rennes. Ils abordent la prairie d’abord sous le prisme économique. C’est leur principale porte d’entrée. Pourtant, on ne peut pas considérer leurs systèmes comme extensifs ! » En France, la perception qu’ont les producteurs des prairies se montre plus large, avec une approche davantage multifonctionnelle. La notion de biodiversité et de beauté des paysages associée aux prairies se montre notamment plus présente qu’aux Pays-Bas.


L’analyse porte sur 356 enquêtes émanant de France et 206 des Pays-Bas.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière