Aller au contenu principal

Enquête de l´Institut de l´élevage
Les grands troupeaux ont choisi l´intensification

Voici le résultat d´une vaste enquête menée par l´Institut de l´élevage afin de mieux cerner le fonctionnement et les performances techniques des grandes structures laitières.


Comment fonctionnent les grands troupeaux ? Telle est la question sur laquelle l´Institut de l´élevage s´est penché à travers une enquête auprès de 94 élevages répartis dans les principaux bassins laitiers. Ces derniers ont été retenus parmi les 154 élevages adhérents au Contrôle laitier disposant de 110 à 150 vaches laitières sur trois années successives (2001 à 2003).
Les performances laitières de ces élevages sont assez élevées. La production moyenne par vache tourne autour de 7700 kg, avec des niveaux variant de 4100 à 10 300 kg selon les races. Un tiers des exploitations disposent d´une référence supérieure à 900 000 litres. La moyenne de la SAU s´élève à 279 hectares, dont 167 hectares de SFP.
L´atelier laitier reste dominant dans 40 % des exploitations, mais les deux tiers des structures présentent un atelier complémentaire, notamment celles situées en zone de plaine. Par ailleurs, ces élevages se caractérisent par un collectif de travail important : cinq personnes interviennent en moyenne dans ces exploitations. Il s´agit principalement d´associés (74 %), le complément étant assuré par des salariés et bénévoles. Dans deux tiers des élevages, les associés prennent au moins deux semaines de congés par an.

La logique d´intensification apparaît dominante. Quelle que soit la période de l´année, l´utilisation du maïs ensilage dans la ration des laitières est comprise entre 40 et 60 %. Dans plus de la moitié des élevages, la part du maïs dans le système se montre supérieure à 30 %. Le pâturage est présent dans les trois quarts des exploitations, avec une moyenne de 26 ares par vache. L´herbe pâturée compose jusqu´à 40 % de la ration de base au printemps. Au niveau des concentrés, les quantités moyennes se situent à 1,5 tonne par an et par vache, la moitié des élevages distribuant entre 1,5 et 2,2 tonnes.
La recherche de simplification du travail concerne, entre autres, le volet alimentation. La ration complète est présente dans la moitié des élevages enquêtés. L´autre moitié des troupeaux reçoit une ration semi-complète avec une complémentation au DAC dans deux tiers des cas. Aucune conduite de troupeau par lot n´a été observée. Pour les veaux, l´utilisation du DAL apparaît plus fréquente que ce que l´on observe habituellement. C´est le mode d´allaitement le plus fréquemment utilisé (30 %) après le seau (61 %). Dans la majorité des cas (47 %) du lait entier est distribué ; la poudre seule concerne un quart des élevages. L´élevage des génisses se caractérise par un logement sur un site différent de celui des vaches laitières.
La recherche d´automatisation est également présente dans les bâtiments. Les deux tiers des élevages possèdent des logettes. Le paillage est mécanisé (pailleuse, dérouleuse) ou mis en oeuvre grâce à un couloir de paillage en logettes. Le raclage automatique ou par hydrocurage est présent sur une forte proportion d´exploitations. Quinze élevages sont par ailleurs équipés de caillebottis. Côté salles de traite, 43 % sont équipées en TPA (traite par l´arrière) et 40 % le sont en épi. Le reste des installations se partage en blocs traite tandem, manège, robot, et une en stalle entravée. La dépose automatique des faisceaux trayeurs est quasi-systématique, et les compteurs à lait sont présents dans 40 % des cas. Près de la moitié des élevages disposant d´une aire d´attente ont installé une barrière poussante.
L´hygiène de traite se montre renforcée par rapport aux pratiques rencontrées le plus souvent sur de plus petites structures, notamment au niveau de la préparation des trayons avant branchement, de l´élimination des premiers jets et du rinçage du faisceau trayeur. Enfin, si les résultats en termes de qualité du lait sont très satisfaisants, la prévalence des mammites cliniques apparaît forte. C´est l´un des points noirs sur ces grands troupeaux.
La moitié des bâtiments des grands troupeaux offrent encore des possibilités d´agrandissement. ©S. Roupnel

Chiffres clés
Nombre de vaches : 124 +/- 24.
Production : 7760 kg (4100 à 10 300 kg).
Quota : 826 000 l (376 000 à 1 650 000 l).
SAU : 294 +/- 133 ha.
Nombre d´UTH : 5.
Statut : 87 % de Gaec.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Le blé égyptien offre aussi une valeur alimentaire intéressante.  © Semental
Le blé égyptien surprend par sa productivité

De la famille des sorghos, le blé égyptien est une espèce qui part vite en végétation et est très…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière