Aller au contenu principal
Font Size

Enquête de l´Institut de l´élevage
Les grands troupeaux ont choisi l´intensification

Voici le résultat d´une vaste enquête menée par l´Institut de l´élevage afin de mieux cerner le fonctionnement et les performances techniques des grandes structures laitières.


Comment fonctionnent les grands troupeaux ? Telle est la question sur laquelle l´Institut de l´élevage s´est penché à travers une enquête auprès de 94 élevages répartis dans les principaux bassins laitiers. Ces derniers ont été retenus parmi les 154 élevages adhérents au Contrôle laitier disposant de 110 à 150 vaches laitières sur trois années successives (2001 à 2003).
Les performances laitières de ces élevages sont assez élevées. La production moyenne par vache tourne autour de 7700 kg, avec des niveaux variant de 4100 à 10 300 kg selon les races. Un tiers des exploitations disposent d´une référence supérieure à 900 000 litres. La moyenne de la SAU s´élève à 279 hectares, dont 167 hectares de SFP.
L´atelier laitier reste dominant dans 40 % des exploitations, mais les deux tiers des structures présentent un atelier complémentaire, notamment celles situées en zone de plaine. Par ailleurs, ces élevages se caractérisent par un collectif de travail important : cinq personnes interviennent en moyenne dans ces exploitations. Il s´agit principalement d´associés (74 %), le complément étant assuré par des salariés et bénévoles. Dans deux tiers des élevages, les associés prennent au moins deux semaines de congés par an.

La logique d´intensification apparaît dominante. Quelle que soit la période de l´année, l´utilisation du maïs ensilage dans la ration des laitières est comprise entre 40 et 60 %. Dans plus de la moitié des élevages, la part du maïs dans le système se montre supérieure à 30 %. Le pâturage est présent dans les trois quarts des exploitations, avec une moyenne de 26 ares par vache. L´herbe pâturée compose jusqu´à 40 % de la ration de base au printemps. Au niveau des concentrés, les quantités moyennes se situent à 1,5 tonne par an et par vache, la moitié des élevages distribuant entre 1,5 et 2,2 tonnes.
La recherche de simplification du travail concerne, entre autres, le volet alimentation. La ration complète est présente dans la moitié des élevages enquêtés. L´autre moitié des troupeaux reçoit une ration semi-complète avec une complémentation au DAC dans deux tiers des cas. Aucune conduite de troupeau par lot n´a été observée. Pour les veaux, l´utilisation du DAL apparaît plus fréquente que ce que l´on observe habituellement. C´est le mode d´allaitement le plus fréquemment utilisé (30 %) après le seau (61 %). Dans la majorité des cas (47 %) du lait entier est distribué ; la poudre seule concerne un quart des élevages. L´élevage des génisses se caractérise par un logement sur un site différent de celui des vaches laitières.
La recherche d´automatisation est également présente dans les bâtiments. Les deux tiers des élevages possèdent des logettes. Le paillage est mécanisé (pailleuse, dérouleuse) ou mis en oeuvre grâce à un couloir de paillage en logettes. Le raclage automatique ou par hydrocurage est présent sur une forte proportion d´exploitations. Quinze élevages sont par ailleurs équipés de caillebottis. Côté salles de traite, 43 % sont équipées en TPA (traite par l´arrière) et 40 % le sont en épi. Le reste des installations se partage en blocs traite tandem, manège, robot, et une en stalle entravée. La dépose automatique des faisceaux trayeurs est quasi-systématique, et les compteurs à lait sont présents dans 40 % des cas. Près de la moitié des élevages disposant d´une aire d´attente ont installé une barrière poussante.
L´hygiène de traite se montre renforcée par rapport aux pratiques rencontrées le plus souvent sur de plus petites structures, notamment au niveau de la préparation des trayons avant branchement, de l´élimination des premiers jets et du rinçage du faisceau trayeur. Enfin, si les résultats en termes de qualité du lait sont très satisfaisants, la prévalence des mammites cliniques apparaît forte. C´est l´un des points noirs sur ces grands troupeaux.
La moitié des bâtiments des grands troupeaux offrent encore des possibilités d´agrandissement. ©S. Roupnel

Chiffres clés
Nombre de vaches : 124 +/- 24.
Production : 7760 kg (4100 à 10 300 kg).
Quota : 826 000 l (376 000 à 1 650 000 l).
SAU : 294 +/- 133 ha.
Nombre d´UTH : 5.
Statut : 87 % de Gaec.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière