Aller au contenu principal

Prix du lait 2015 à 2017
Les Fermiers Savoyards s’engagent sur trois ans de hausse

C’est une première pour une entreprise laitière. Lors de son assemblée générale le 18 décembre dernier, la Sica Les Fermiers Savoyards vient de s’engager à une hausse d’au minimum 2,5 % sur le prix de base 2015, 2016 et 2017.

Sauf gros cataclysme sur les marchés des AOP-IGP savoyardes, les producteurs sont donc assurés de bénéficier au minimum d’une augmentation du prix du lait de l’ordre de 10 à 15 €/1 000 l au début de la période post-quotas. Les années antérieures, la hausse était plutôt de l’ordre de 5 à 7 €/1 000 l, excepté en 2013 où le prix a progressé de 22 €/1000 l.

Pour 2014, la coopérative a par ailleurs annoncé une majoration du prix de base de 10 €/1000 l au 1er janvier suivie d’une nouvelle augmentation de 10 €/1 000 l au 1er avril. Une hausse supplémentaire de 20 € sera accordée pendant les mois d’estive à la trentaine de producteurs qui montent en alpage. Enfin des modifications de saisonnalité, mais aussi de différentes primes ou cotisations, assureront une hausse complémentaire d’environ 3 €/1 000 l aux sociétaires.

Toutes ces annonces ont été validées après négociation avec son partenaire Lactalis avec qui la Sica Les Fermiers Savoyards valorise une grande partie de sa collecte (75 millions de litres auprès d’environ 300 exploitations) au sein d’une société commune d’exploitation des ateliers fromagers, la Société laitière des Hauts de Savoie(1). Fermiers Savoyards commercialise par ailleurs directement 10 millions de litres de lait. « Cet engagement réciproque est un pari sur l’avenir, commente Patrick Ramet, administrateur des Fermiers Savoyards. Il permet de donner de la lisibillité aux producteurs. Et à Lactalis, pour se positionner au niveau de ses investissements en marketing et communication. »

(1) Voir Réussir Lait de novembre 2013 p. 104.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière