Aller au contenu principal

Les faneurs à six rotors deviennent la référence

Les dimensions des faneurs et des andaineurs augmentent fortement de façon à réaliser la fenaison dans un laps de temps réduit, pour produire un fourrage de qualité.


Après la coupe, le fourrage déposé sur le sol doit être récolté dans les meilleures conditions de façon à produire un aliment de qualité. Avec une main d´oeuvre en agriculture de plus en plus réduite et des chantiers plus importants, il est nécessaire de disposer de machines offrant de hauts rendements pour conditionner et récolter les fourrages. Les conditions climatiques conditionnent aussi le choix de la capacité du faneur et de l´andaineur.
Ainsi, ces outils voient leur largeur de travail augmenter et leurs composants évoluer de façon à travailler plus rapidement.
De nos jours, les faneurs semi-portés, avec roues de transport, sont les modèles les plus demandés. « Il s´agit de modèles à six ou à huit rotors d´une largeur de travail de plus de sept mètres. Ces machines répondent aux attentes le plus souvent des exploitants individuels qui disposent d´une surface importante à récolter. Ces faneurs de grande largeur sont généralement suivis par des andaineurs à deux rotors », constate Markus Griebel, responsable produits Krone en France.
©Krone


Le confort grâce aux fonctions pilotées à distance
Même si les faneurs sont des machines de conception simple qui évoluent peu, ils bénéficient de fonctions pilotées à distance pour améliorer le confort de travail.
C´est également important pour adapter la machine aux conditions de travail. Selon Markus Griebel, « pendant la récolte des fourrages, les conducteurs de machines doivent valoriser au mieux tout le temps disponible dans l´objectif d´obtenir un fourrage de qualité. Ainsi, les réglages des fonctions depuis le poste de conduite contribuent à limiter les arrêts. Le réglage hydraulique à distance du faneur pour réaliser un déplacement en oblique est présent sur la plupart des machines actuellement commercialisées, comme le repliage pour le transport ». En réglant l´angle de travail du faneur, le conducteur adapte sa machine au relief du terrain et évite aussi parfois de projeter le fourrage en dehors de la parcelle.
Avec l´augmentation des largeurs de travail et des vitesses d´avancement, les faneurs possèdent souvent des roues de type ballons d´un diamètre de seize pouces. Elles améliorent le confort et la stabilité au travail.
©Krone

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
L’insémination par l’éleveur fait toujours plus d'adeptes
Près de 5 400 éleveurs (+ 6 %/2019) ont réalisé eux-mêmes les inséminations dans leur troupeau en 2020. L’IPE a représenté 12 %…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière