Aller au contenu principal

"Les excès d'eau de cet hiver génèrent des surcoûts sur notre élevage"

Chez Loïc Rineau, éleveur en Gaec à deux associés et un salarié à mi-temps, en Vendée, avec 75 vaches laitières pour 800 000 litres.

« Du 1er octobre 2019 au 1er mars 2020, il est tombé plus de 840 mm de pluie, soit plus qu'en une année "normale". C'est clairement un record de précipitations sur la période hivernale. 

Cet hiver est l'exact opposé de l'hiver dernier, où les vaches ont pu pâturer presque tout l'hiver. Cet hiver, les vaches n'ont jamais pu sortir. Car, pour la gestion des transitions alimentaires, nous ne les sortons que quand on peut les sortir au moins quelques heures tous les jours. 

Outre ce manque à gagner, la qualité de la première exploitation de l'herbe ne sera pas bonne. L'herbe a poussé mais il n'a pas été possible de la faucher. Je pense que nous ferons un premier tour de pâturage avec nos génisses croisées charolaise prim'holstein, avant d'y mettre les laitières, pour réduire les refus.  

Sur les 50 hectares de blé que nous avons semé, une dizaine d'hectares a disparu à cause des excès d'eau. On manquera donc de paille pour les animaux. D'habitude, nous mettons de la paille pour l'alimentation des génisses et des taries, et nous paillons les logettes avec 4 kg par vache pour réaliser un fumier mou compact. Pour pallier le manque de paille, nous avons acheté du foin à un voisin qui arrête le lait, et nous remplacerons la paille par du foin dans l'alimentation : aujourd'hui, avec la spéculation sur la paille (environ 100 €/t début mars), celle-ci est plus chère que le foin (50 €/t début mars). Par ailleurs, nous devions entretenir des haies. Nous valoriserons le bois en fond de litière pour les génisses.

L'apport d'azote minéral a pu être réalisé le 11 mars. Habituellement, il est réalisé vers le 1er février sur prairie et mi-février sur le blé.

Nous pensons que le rendement du blé sera d'environ 50 qx au lieu de 80 qx l'an dernier (bonne année).

A la place des 10 ha de blé disparus, au 10 mars, on ne savait pas encore quoi semer à la place et quand on pourrait intervenir  ; les sols étaient encore gorgés d'eau.  La date optimale pour les semis de blé de printemps et d'orge de printemps est dépassée à présent . Nous envisageons une avoine brésilienne pour faire de la semence fermière pour nos couverts, et qui amènera de la paille.

Heureusement, nous avons deux fumières couvertes. D'habitude, on stocke une partie du fumier au champs, mais là c'est impossible. Heureusement, notre fumier mou compact se tient bien et nous avons pu monter le tas dans les fumières. Pour les eaux vertes et blanches, le Gaec a une fosse en géomembrane. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière