Aller au contenu principal

Les éleveurs victimes de l'intoxication au cadmium ne seront pas indemnisés

La société Odifa est condamnée à 15 000 € d'amende pour une contamination d'aliments ayant entraîné une intoxication au cadmium des animaux.

Le collectif d'éleveurs laitiers victimes a l'intention de se pourvoir en cassation et de porter le dossier devant de la Cour européenne des droits de l'homme.
Le collectif d'éleveurs laitiers victimes a l'intention de se pourvoir en cassation et de porter le dossier devant de la Cour européenne des droits de l'homme.
© J. Chabanne

La cours d'appel d'Angers a condamné le 18 avril dernier la société Odifa, poursuivie dans une affaire de contamination des aliments pour animaux par du cadmium contenu dans du sulfate de zinc importé de Chine. Cette contamination avait été découverte en 2005 suite à un contrôle ayant révélé des taux de cadmium dans les aliments pour animaux jusqu'à 400 fois supérieurs à la quantité admise. Selon la Confédération paysanne, partie civile aux côtés de la Fnab et d'un collectif d'éleveurs, près de 5000 élevages et 300 000 animaux ont été touchés par cette contamination, occasionnant des pertes de cheptel et de production.
Accusée de ne pas avoir contrôlé la qualité de ses produits, la société Odifa a été reconnue coupable de « tromperie sur la nature et la qualité substantielle d'une marchandise ». Son dirigeant doit payer une amende de 800 EUR. La société MG2Mix, également poursuivie, a été relaxée par les juges d'Angers.


Responsabiliser les fournisseurs vis-à-vis de leur appro


Quant aux éleveurs concernés, la Cour ne prévoit aucune indemnisation. « Nous nous trouvons devant une situation complètement paradoxale aboutissant à la condamnation pénale des prévenus d'un côté, mais sans reconnaissance des préjudices subis par les parties civiles », analyse Jacques Pasquier de la Confédération paysanne. Même analyse de Laurent Pacheteau, président du collectif d'éleveurs laitiers, surpris et déçu que l'importateur Odifa s'en sorte à si bon compte. « Le montant de la condamnation est ridicule au regard des profits engendrés par ces pratiques frauduleuses. Elle incite les entreprises à continuer de tricher plutôt que de réaliser des autocontrôles. Pas étonnant que des crises sanitaires surviennent tant qu'un tel système perdure. »
Le collectif d'éleveurs a l'intention de se pourvoir en cassation et de porter le dossier devant de la Cour européenne des droits de l'homme. D'autres éleveurs ont obtenu réparation pour la moitié du préjudice subi en engageant une procédure civile auprès du tribunal de commerce ou par négociation individuelle. Odifa a décidé également de se pourvoir en cassation.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière