Aller au contenu principal

Élevage des génisses
Les éleveurs manquent d´objectifs

Des marges de progrès subsistent encore dans l´alimentation des veaux et génisses. Tel est le constat qui ressort d´une récente enquête du Contrôle laitier du Maine-et-Loire.


D´après une récente enquête menée par le Contrôle laitier du Maine-et-Loire auprès de 331 adhérents, un éleveur sur quatre avoue porter moins d´attention à la conduite de l´atelier génisses qu´à celui des vaches laitières. Pis, plus du tiers des élevages (35 %) affirme ne pas avoir d´objectif d´âge au vêlage clairement définis à la naissance de leurs génisses. Résultat : « dans ces élevages, seulement 45 % des veaux sont sevrés entre deux et trois mois, note François Battais, technicien en charge de l´enquête. Contre 65 % chez les éleveurs se fixant des repères précis d´âge au vêlage. »
L´enquête révèle aussi des marges de progrès possibles concernant les pratiques alimentaires, notamment lors de la phase lactée. Seulement 35 % des éleveurs distribuent le colostrum dans les deux heures qui suivent la naissance. Une pratique pourtant vivement recommandée pour renforcer les défenses immunitaires du veau. « Avec une distribution précoce du colostrum, 25 % des élevages connaissent des problèmes de diarrhées, poursuit François Battais. Ce taux passe à 35 % lorsque la première distribution a lieu après les deux heures suivant le vêlage. »
Autre point à améliorer : la tenue à jour de plans lactés pour les veaux. En effet, sur le terrain, moins d´un éleveur sur cinq dispose d´un planning d´allaitement. Chez les éleveurs utilisant un planning, 81 % des sevrages se réalisent entre deux et trois mois, contre 53 % chez ceux qui n´en ont pas. Près de 80 % des élevages interrogés utilisent du lait entier.
D´après l´enquête réalisée, un tiers des élevages ne disposent pas de plans lactés pour les veaux. ©F. Mechekour

Des plans lactés dans 20 % des élevages
Sur la phase 0-6 mois, le foin reste de loin l´aliment le plus couramment utilisé pour les génisses. Après six mois, 47 % des élevages utilisent de l´ensilage de maïs dans la ration. « La notion de rationnement apparaît mal maîtrisée par une majorité d´éleveurs, note le technicien. Au-delà d´une à deux heures de consommation d´ensilage de maïs à l´auge, les autres concentrés (type céréales, mash, etc.) ne se justifient pas. » Enfin, dans plus d´un élevage sur deux (56 %), la mise à l´herbe intervient dès la première année de vie de l´animal.
D´après l´enquête réalisée, un tiers des élevages ne disposent pas de plans lactés pour les veaux.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Damien Lacombe, président de Sodiaal
Sodiaal: un résultat courant 2020 tout juste à l’équilibre
La coopérative laitière annonce en 2020 un résultat courant consolidé à 1,3 millions d’euros, et un Ebitda au même niveau qu’en…
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Maria Del Mar et Alfonso Lodos avec leur fille et leurs deux neveux. « Nous avons investi pour rendre notre ferme attrayante. Pour nous, ce serait un bonheur si l'un des trois enfants prenait la relève. » © Camilo Friol
[En Espagne] Les associés de la SAT Lodos e Pérez parient sur l’avenir du lait
En Galice, la famille Lodos a investi 1,4 million d’euros en 2019 pour améliorer le confort de travail et celui des 160 vaches du…
En dehors de la période hivernale, les veaux devront obligatoirement à partir de six semaines, avoir accès à une aire extérieure et/ou pouvoir pâturer.  © F. Mechekour
Le nouveau règlement européen bio se précise
Le règlement européen s’appliquera au 1er janvier 2022. Les changements les plus importants concernent les bâtiments.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière