Aller au contenu principal

Enquête du réseau EDF
Les éleveurs européens divisés sur l´avenir des quotas

Comment les éleveurs européens voient-ils l´avenir de la production laitière du vieux continent ? Quelques éléments de réponse ressortent d´une récente enquête du réseau européen EDF.


Le réseau European Dairy Farmers (EDF) est une association apolitique de producteurs laitiers européens tournés vers l´avenir. A l´occasion de son congrès annuel, une enquête a été réalisée auprès de 266 éleveurs adhérents pour mieux capter leurs stratégies dans les prochaines années. « Si les résultats issus de cette enquête ne sont pas représentatifs de moyennes de pays, ils mettent néanmoins en lumière des éléments intéressants quant à l´avenir de la production laitière européenne », indique Gaïd Peton du BTPL(1). A noter aussi que le Danemark ne figure pas dans cette enquête.
Premier constat : en moyen-ne, les fermes du réseau projettent de passer d´une augmentation de la production de 3,6 % par an à 6,2 % dans le futur.

Tous pays confondus, les producteurs identifient la baisse du prix du lait et des aides directes comme les facteurs de risque les plus sérieux à l´avenir. Selon les pays sont également perçus des risques particuliers liés à une situation géographique particulière (Suède, Irlande, Grande-Bretagne), à la santé animale et aux risques épidémiologiques (Suisse, Espagne, Italie) et à la compétition pour l´utilisation des terres (Allemagne et Belgique). L´arrêt de la production laitière au profit d´une activité plus rentable intéresse avant tout les Polonais et les Britanniques, tandis que les Suédois, les Français et les Belges restent fortement attachés à la production laitière.

Le temps de travail limitant dans tous les pays
Autre différence frappante : près de 20 % des éleveurs enquêtés ont vendu leur lait à différents acheteurs dans les cinq dernières années. Il n´y a qu´en France et en Belgique qu´aucun participant n´a changé de partenaire commercial.
« Selon les pays, les relations entre les producteurs et les transformateurs sont organisées de façon très différente, note le BTPL. Dans la plupart des pays consultés, les exploitations les plus grandes obtiennent de meilleurs prix de vente ou de meilleures conditions que les exploitations plus petites. Alors qu´en France, Irlande et Italie, ce n´est pas le cas. »
Dans de nombreux élevages, le temps de travail apparaît le facteur le plus limitant, le plus tendu. « Le temps libre ressort comme le point le plus négatif devant le revenu. »

Enfin, quand on demande aux producteurs s´ils souhaitent une abolition des quotas laitiers au sein de l´Union européenne, les avis se montrent très partagés. Un tiers des participants interrogés demandent un changement politique rapide pour abolir le système des quotas, un tiers souhaite un maintien définitif et le dernier tiers n´a pas d´avis tranché.
Cela dit, pays par pays, l´attitude des éleveurs est très différente : parmi les pays les plus favorables à l´abolition des quotas, l´Allemagne, l´Irlande, la Pologne et les Pays-Bas. L´Italie, la Suède et l´Espagne figurent, quant à elles, parmi ceux qui s´y opposent le plus.

(1) Bureau technique de promotion laitière.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière