Aller au contenu principal

Les élevages européens du réseau EDF comparent leur rentabilité

L’association European Dairy Farmers a présenté les résultats 2013-2014 de 277 fermes membres, issues de 19 pays. Le prix d’équilibre moyen atteint 400 euros pour 1000 litres de lait.

Tous les pays comptent des élevages rentables et d’autres qui ne le sont pas.
Tous les pays comptent des élevages rentables et d’autres qui ne le sont pas.
© Benoît Bourgeois/CE

La démarche EDF est ambitieuse. Elle traite les résultats économiques des élevages laitiers comme ceux d’une entreprise qui rend compte à ses actionnaires, qui rémunère son capital et son travail, et qui anticipe l’avenir avec ses inévitables gros investissements à prévoir. Voici un bilan rapide de la comparaison des résultats économiques des exercices démarrés entre le 1er avril 2013 et le 31 mars 2014. La moitié des exploitations présentent moins de 159 vaches, avec des effectifs variant de 17 à 4 300 vaches par ferme.

La rentabilité a progressé en 2013-2014

" Globalement, la bonne conjoncture laitière a contribué à améliorer la rentabilité des fermes du réseau par rapport aux années précédentes », a présenté Steffi Wille-Sonk, économiste pour EDF lors du congrès annuel de l’association en juin dernier. Mais on se rend compte que, même quand le prix du lait augmente, il n’est pas évident pour autant que les élevages laitiers parviennent à dégager du profit si on exclut les aides découplées du calcul. « Seulement 44 % des exploitations s’avèrent rentables sans les paiements découplés. Elles sont 61 % une fois les aides découplées prises en compte. » Autre constat : tous les pays comptent des élevages rentables et d’autres qui ne le sont pas. En proportion, c’est l’Allemagne, le Royaume-Uni, et l’Italie qui affichent le plus grand nombre d’exploitations rentables hors aides découplées.

Le produit ne couvre pas les charges réelles et calculées

En moyenne, l’entrepreneur’s profit I (EP I) se révèle négatif à -1,7 c€/kg ECM(1). Ce critère correspond à la différence entre les produits (produits lait, viande et aides couplées) et toutes les charges y compris les amortissements et la rémunération du travail, du capital et des terres en propriété. En incluant les aides découplées (EP II), il devient positif à +1,3 c€/kg. Le produit moyen (46,1 c€/kg), ne suffit pas à couvrir le coût de production moyen de 47,8 c€/kg. « Les produits dégagés sont supérieurs aux charges directes de l’atelier laitier, à ce que coûtent les salariés, le travail délégué... Mais si on raisonne comme un entrepreneur, les produits ne parviennent pas forcément à couvrir tous les coûts calculés : c’est-à-dire la rémunération des associés (16,83 €/h en France), la rémunération des terres (3 %) et celle du capital. »

Le prix d’équilibre à long terme continue d’augmenter

Mais plus faiblement. Il progresse de 0,5 c€/kg après avoir augmenté de 1 c€/kg par an et plus les année précédentes. Appelé Break even point II (BEP II), ce prix d'équilibre correspond au prix auquel il aurait fallu vendre le lait pour couvrir toutes les charges réelles et calculées (hors charges liées au quota). De 2010 à 2014, ce prix d’équilibre moyen est passé de 35,3 à 40,3 c€/kg, en raison de la hausse des charges, notamment le coût des aliments achetés, des bâtiments et du foncier. « Cer dernières années, les fermes qui parviennent à limiter l’augmentation de leur prix d’équilibre ont tendance à moins investir de capital que la moyenne, mais en parallèle leur nombre de vache progresse davantage, tout comme le rendement laitier de leur troupeau. »

Quant aux fermes françaises…

Sur les trente exploitations françaises participant à l’analyse, seul un petit quart se montre rentable sans aides découplées (EP I positif). « Les Français affichent des niveaux de charges opérationnelles (aliments, frais véto...) semblables à la moyenne EDF mais ils sont pénalisés par une productivité du travail moins élevée que celle de nos voisins européens, qui implique une charge de rémunération des associés plus importante, souligne Mathilde Fall du BTPL et animatrice du réseau EDF France. Les fermes françaises sont aussi souvent plus diversifiées, ce qui ne facilite pas la répartition des charges, notamment celles liées aux amortissements. Cela peut constituer un biais dans l'approche comparative. »

 


(1) Lait standard à 3,4 % de MP et 4 % de MG.

 

Voir aussi article L'association EDF rassemble les éleveurs qui vont de l'avant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière