Aller au contenu principal
Font Size

Les élevages européens du réseau EDF comparent leur rentabilité

L’association European Dairy Farmers a présenté les résultats 2013-2014 de 277 fermes membres, issues de 19 pays. Le prix d’équilibre moyen atteint 400 euros pour 1000 litres de lait.

Tous les pays comptent des élevages rentables et d’autres qui ne le sont pas.
Tous les pays comptent des élevages rentables et d’autres qui ne le sont pas.
© Benoît Bourgeois/CE

La démarche EDF est ambitieuse. Elle traite les résultats économiques des élevages laitiers comme ceux d’une entreprise qui rend compte à ses actionnaires, qui rémunère son capital et son travail, et qui anticipe l’avenir avec ses inévitables gros investissements à prévoir. Voici un bilan rapide de la comparaison des résultats économiques des exercices démarrés entre le 1er avril 2013 et le 31 mars 2014. La moitié des exploitations présentent moins de 159 vaches, avec des effectifs variant de 17 à 4 300 vaches par ferme.

La rentabilité a progressé en 2013-2014

" Globalement, la bonne conjoncture laitière a contribué à améliorer la rentabilité des fermes du réseau par rapport aux années précédentes », a présenté Steffi Wille-Sonk, économiste pour EDF lors du congrès annuel de l’association en juin dernier. Mais on se rend compte que, même quand le prix du lait augmente, il n’est pas évident pour autant que les élevages laitiers parviennent à dégager du profit si on exclut les aides découplées du calcul. « Seulement 44 % des exploitations s’avèrent rentables sans les paiements découplés. Elles sont 61 % une fois les aides découplées prises en compte. » Autre constat : tous les pays comptent des élevages rentables et d’autres qui ne le sont pas. En proportion, c’est l’Allemagne, le Royaume-Uni, et l’Italie qui affichent le plus grand nombre d’exploitations rentables hors aides découplées.

Le produit ne couvre pas les charges réelles et calculées

En moyenne, l’entrepreneur’s profit I (EP I) se révèle négatif à -1,7 c€/kg ECM(1). Ce critère correspond à la différence entre les produits (produits lait, viande et aides couplées) et toutes les charges y compris les amortissements et la rémunération du travail, du capital et des terres en propriété. En incluant les aides découplées (EP II), il devient positif à +1,3 c€/kg. Le produit moyen (46,1 c€/kg), ne suffit pas à couvrir le coût de production moyen de 47,8 c€/kg. « Les produits dégagés sont supérieurs aux charges directes de l’atelier laitier, à ce que coûtent les salariés, le travail délégué... Mais si on raisonne comme un entrepreneur, les produits ne parviennent pas forcément à couvrir tous les coûts calculés : c’est-à-dire la rémunération des associés (16,83 €/h en France), la rémunération des terres (3 %) et celle du capital. »

Le prix d’équilibre à long terme continue d’augmenter

Mais plus faiblement. Il progresse de 0,5 c€/kg après avoir augmenté de 1 c€/kg par an et plus les année précédentes. Appelé Break even point II (BEP II), ce prix d'équilibre correspond au prix auquel il aurait fallu vendre le lait pour couvrir toutes les charges réelles et calculées (hors charges liées au quota). De 2010 à 2014, ce prix d’équilibre moyen est passé de 35,3 à 40,3 c€/kg, en raison de la hausse des charges, notamment le coût des aliments achetés, des bâtiments et du foncier. « Cer dernières années, les fermes qui parviennent à limiter l’augmentation de leur prix d’équilibre ont tendance à moins investir de capital que la moyenne, mais en parallèle leur nombre de vache progresse davantage, tout comme le rendement laitier de leur troupeau. »

Quant aux fermes françaises…

Sur les trente exploitations françaises participant à l’analyse, seul un petit quart se montre rentable sans aides découplées (EP I positif). « Les Français affichent des niveaux de charges opérationnelles (aliments, frais véto...) semblables à la moyenne EDF mais ils sont pénalisés par une productivité du travail moins élevée que celle de nos voisins européens, qui implique une charge de rémunération des associés plus importante, souligne Mathilde Fall du BTPL et animatrice du réseau EDF France. Les fermes françaises sont aussi souvent plus diversifiées, ce qui ne facilite pas la répartition des charges, notamment celles liées aux amortissements. Cela peut constituer un biais dans l'approche comparative. »

 


(1) Lait standard à 3,4 % de MP et 4 % de MG.

 

Voir aussi article L'association EDF rassemble les éleveurs qui vont de l'avant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière