Aller au contenu principal

Les élevages allemands contraints à de plus en plus de bien-être animal

Les éleveurs prennent conscience qu’il faudra adapter bâtiments et conduite des troupeaux à la demande sociétale.

La virulence de la demande de faire disparaître l'entravée début 2016 a étonné la profession.
© C. Reibel

Le débat sur le bien-être animal est attisé depuis plus de cinq ans par les associations de défense de la cause animale. Si le porc et la volaille sont les premiers visés, le tour des bovins arrive. Les 20 % d’étables entravées allemandes (mais 50 % des bâtiments en Bavière) font l’objet de sévères critiques. La demande politique de les faire disparaître a été reprise par la grande distribution, elle-même mise sous pression par les partisans de la cause animale. La profession a obtenu un sursis en expliquant que pareille exigence menaçait l’existence de ces petits élevages, souvent enclavés dans les villages, mal placés pour construire du neuf alors qu’ils n’en ont la plupart du temps pas les moyens. Leur faire mettre la clé sous la porte détruirait en outre leur contribution au maintien du paysage.

Un label bien-être pour les vaches créé par l’association DTB

Cette passe d’armes n’est pas la seule. Le DTB (Société allemande de défense des animaux) a créé son propre label bien-être pour les vaches fin 2016. Son cahier des charges limite la taille des troupeaux à 300 ou 600 UGB selon le niveau d’engagement souhaité par l’éleveur. Il interdit l’abattage d’une vache gestante et la stabulation entravée. Il réclame des logettes « confortables », autant de places à l’auge que de vaches dans le troupeau, un box d’infirmerie et un autre de vêlage, l’écornage des veaux sous anesthésie. L’élevage a accès à un niveau premium du label s’il donne accès à une aire d’exercice et au pâturage. Parmi les critères pour évaluer le bien-être des animaux, le DTB se base sur la fréquence des mammites et le comportement des vaches. Si la profession reconnaît la nécessité d’évoluer vers plus de bien-être, elle pointe certaines incohérences des demandes du DTB comme la confirmation par échographie qu’une vache n’est pas gestante à l’abattage et l’obligation d’imposer au moins 50 % de murs non pleins dans les stabulations. Pour l’heure, environ 150 ateliers sont candidats à un tel label dans le sud du pays.

Le ministère fédéral de l’Agriculture annonce pour sa part un label Mehr Tierwohl, traduisez « Plus de bien-être animal », que les industriels pourront librement apposer à partir de 2018 sur les viandes de volaille, de porc et de bœuf, voire les produits laitiers. Le cahier des charges est attendu pour avril 2017.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière