Aller au contenu principal
Font Size

Les défis de la sélection variétale

Les indices de progrès génétique ne sautent pas aux yeux quand on ouvre un sac de semences. Pourtant, le monde de la sélection innove pour créer des variétés fourragères, de sorgho ou de maïs adaptées aux aléas climatiques, aux besoins des animaux et aux contraintes environnementales.

Quinze ans pour créer une nouvelle variété fourragère
Quinze ans pour créer une nouvelle variété fourragère
© Gnis

Des épisodes de sécheresses récurrents mais variables en intensité et saisonnalité, des températures en hausse, des contraintes environnementales qui se durcissent, la recherche de plus d’autonomie en protéines et d’efficacité économique dans les élevages… Non seulement les défis ne manquent pas pour les maïs et les fourragères, mais en plus, ils se démultiplient en fonction des conditions pédo-climatiques de chaque petite région.

L’équation n’est pas simple à résoudre pour les sélectionneurs et les experts de l’Inra et d’Arvalis-Institu du végétal. L’amélioration génétique est un travail coûteux (5 à 15 % du chiffre d’affaires réinvesti par les sociétés) et de longue haleine. Il faut quinze ans pour créer une nouvelle variété fourragère. Ces efforts portent leurs fruits, comme en attestent par exemple les progrès réalisés sur le potentiel de rendement du maïs (150 kg de MS/ha/an depuis une trentaine d’années) et des fourragères, sur la valeur alimentaire, la résistance aux maladies…

Bon nombre de sélectionneurs regrettent cependant « l’insuffisante valorisation » du progrès génétiques réalisé notamment sur les fourragères dans les élevages. Un sentiment que résume Xavier Lacan, directeur fourragères de RAGT. « Il y a un marché trop important pour des variétés de moindre intérêt génétique parce qu’elles séduisent par leur coût moins élevé. » Les problèmes de trésorerie expliquent en partie ce phénomène, comme l’illustre l’effondrement du marché des semences fourragères (- 33 %) suite à la crise de 2008-2009. Le manque de lisibilité sur l’intérêt économique d’investir plus d’argent dans de nouvelles variétés peut aussi peser sur ce phénomène.

Nous vous proposons de découvrir quelques stratégies mises en place au sein de la sphère « progrès génétique » pour rester en adéquation avec les besoins des exploitations : recours à des techniques de pointes telles que les marqueurs génétiques et les infraanalyseurs, mise en marché de mélanges, prise en compte à terme de la valeur alimentaire pour l’inscription des graminées…

Franck Mechekour

Sommaire du dossier


Page 35 : En maïs, garder le potentiel de rendement malgré les aléas climatiques

Page 38 : Les marqueurs génétiques boostent les progrès en maïs

Page 40 : Malgré le progrès génétique, le marché des fourragères plombé par la crise

Page 44 : Les mélanges multi-espèces ont le vent en poupe

Page 46 : Dactyle et fétuque sont dans l’air du temps !

Page 48 : Regain d’intérêt pour les tanins du lotier et du sainfoin

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière