Aller au contenu principal

Les coopératives se positionnent sur la cessibilité

Chaque coopérative a défini ses propres règles  en respectant le cadre juridique de la coopération.

Certaines coopératives ont fait le choix de de gérer très précisément et de centraliser les attributions de volumes. Chez Terrena, le volume A libéré est réservé aux jeunes et aux demandes d’optimisation. L’objectif est de privilégier les jeunes et l’équité entre producteurs. Les volumes de développement sont en B (agrandissement...). « Deux exploitations qui se regroupent, ce sont des hommes, des bâtiments, un cheptel et des surfaces » explique Pierre Demerlé, directeur activité lait de Terrena. « Dans ce cas, l’engagement et la répartition des volumes restent identiques ». S'il s’agit d’un transfert partiel, la coopérative considère que c'est un agrandissement. Le volume nouvellement acquis est du B. C'est également le choix de Sodiaal. Tout agrandissement doit passer par une demande de volume de développement, du volume B, au conseil d'administration. Cela revient donc au même d'acheter des parts sociales à un autre associé coopérateur ou de passer par la coopérative pour une demande de développement, avec l'achat des parts sociales liées. "En gros on privilégie le travail à la rente, même si ça ne plait pas à tout le monde", avance un adhérent.

Les parts sociales suivent l'activité et donc les volumes

D'autres coopératives ont fait le choix de la cessibilité, avec des règles précises. Agrial permet la mutation de capital social entre adhérents d'un même bassin. Le preneur et le cédant s'accordent sur la cession des parts sociales et en informent le conseil d'administration. "Nous ne serons pas en mesure d'accorder des volumes supplémentaires avant 2018. Pour ceux qui souhaitent consolider leur exploitation, la reprise du capital social d'un adhérent est une solution" expliquait Pascal lebrun, président de la branche lait d'Agrial, en septembre (voir Réussir Lait n°295, p. 18). Chez les Maîtres Laitiers du Cotentin, le transfert de parts sociales entre adhérents est possible. "Nous avons voulu répondre à une demande des producteurs qui souhaitent transférer leur engagement d'activité à un ou plusieurs sociétaire(s)" explique Jean-Yves Duplenne, directeur production laitière. Quand un éleveur cesse son activité avec la coopérative, il doit faire une demande écrite de cession de parts sociales. Si le conseil d'administration donne son autorisation, un acte de cession des parts sociales et de transfert d'engagement d'activité, et donc du volume, est formalisé entre le cédant et le preneur, en présence de la coopérative.

Un cadre juridique commun à toutes les coopératives

Dans une coopérative, dans tous les cas, les parts sociales suivent l’engagement d’activité et donc un volume de livraison de lait. Les règles de cession des parts sociales sont définies par les articles 18 et 19 des modèles de statuts. Dans le cas d’une mutation de propriété ou de jouissance d’une exploitation laitière (art. 18), le repreneur reprend, s'il l'accepte, la totalité des parts sociales et l’engagement d’activité du cédant, à l’identique (sous réserve d'acceptation par le conseil d'administration). Pour la cession partielle (art. 19), ce sont les règles et modalités de gestion des volumes déterminées par chaque coopérative qui régissent l'attribution de volume. L'engagement du repreneur peut être différent de celui que le cédant avait. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Portail réussir
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière