Aller au contenu principal

DANS UN CADRE INTERPROFESSIONNEL
Les coopératives défendent une régulation de la filière par le couple volume-prix

La FNCL veut contractualiser le couple volume/prix selon les débouchés du lait. Elle prône un suivi des volumes par l’interprofession.

La FNCL explicite officiellement dans son bulletin La voix lactée d’octobre sa position en matière de régulation. Pour obtenir l’équilibre le plus fin possible en qualité, en quantité et en régularité entre les débouchés du transformateur et les livraisons des éleveurs, elle propose:

- d’une part, de réguler le couple « volume/prix » et non plus un prix ou un volume pris séparément ;

- et d’autre part de réguler ce couple différemment selon les débouchés du lait. Il s’agirait de définir à l’avance, au niveau des contrats entre les producteurs et les transformateurs, le volume et le prix du lait qui est nécessaire au transformateur pour son activité première (produits de grande consommation (PGC). Les livraisons de lait en excédent de ce volume iraient vers les débouchés de dégagement (produits industriels) et seraient payés en fonction des cours mondiaux.

INDICATEURS DE VOLUME ET DE PRIX

Mais cette proposition de contractualiser le couple volume/prix selon les débouchés ne suffit pas toute seule à créer une régulation, souligne la FNCL. Elle a besoin d’un cadre interprofessionnel et européen, auquel se référerait les contrats entre producteurs et transformateurs. Ce cadre reposerait sur la publication par l’interprofession d’indicateurs de volume et de prix pour le « lait PGC », et d’indicateurs de prix pour le « lait produits industriels ».

L’interprofession donnerait, d’ici la fin des quotas, un objectif sur le volume de « lait PGC » en pourcentage du quota. Et elle fixerait un intervalle à l’intérieur duquel chaque fournisseur pourrait faire varier le volume contractuel. Quant aux indicateurs de prix pour le « lait PGC », ils pourraient être actualisés annuellement.

UNE COMMISSION D’EXAMEN

Il y aurait une référence systématique à ces indicateurs. Et une commission d’examen des pratiques contractuelles veillerait au grain. Il y aurait aussi un suivi des volumes par l’interprofession avec une garantie très stricte de confidentialité, de façon à s’assurer que des volumes payés au prix du lait « produits industriels » ne seront pas utilisés pour la fabrication de PGC. Là est sans aucun doute le plus grand risque du système proposé par la FNCL. ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière