Aller au contenu principal
Font Size

Les conditions de la rentabilité en méthanisation

Les retours d’expérience montrent des rentabilités variables et souvent inférieures au prévisionnel. L’injection semble plus prometteuse que la cogénération.

L’intérêt de la méthanisation à la ferme n’est plus à démontrer, que ce soit pour l’élevage (gestion des effluents optimisée, diversification) ou pour la société (production d’énergie renouvelable, réduction des émissions de gaz à effet de serre, désodorisation des effluents). Les ministères de l’Agriculture et de l’Écologie ONT ((avaient)) affiché un objectif ambitieux de 1 000 méthaniseurs à horizon 2020. Mais l’arrêté sur le tarif de l’électricité concernant les nouvelles unités de méthanisation n’était toujours pas paru au jour où nous bouclons ce dossier (17 juin). Et le décret qui encadrera l’incorporation de cultures énergétiques était encore en consultation publique. On se dirigerait vers un encadrement de 15 % maximum de cultures énergétiques dans les matières entrant dans le digesteur. Par contre, la loi autorise les Cive (Cultures intermédiaires à vocation énergétique) et les résidus de cultures.

En attendant la sortie officielle des textes, les organismes financiers ne veulent pas prendre de risque et les projets sont bloqués. C’est toute une filière qui est à l’arrêt… mais prête à rebondir. Car des projets, il y en a beaucoup, de toutes les tailles, de tous les styles : voie liquide ou sèche, en individuel ou en collectif, en cogénération ou en injection, avec des déchets extérieurs ou en autonomie…

Pourtant, la rentabilité ne semblait pas évidente avant la sortie le 30 octobre 2015 de tarifs revalorisés pour les installations existantes. Le cabinet E-Cube consultant pointait fin 2015 qu’un projet sur trois a été déclaré bloqué au cours de l’année 2015. Pour des raisons de manque de rentabilité, et donc des difficultés pour financer le projet. Et pour des problèmes d’acceptabilité sociale, avec des recours bloquant provisoirement les projets.

Dans ce dossier, nous présentons les principales conclusions des retours d’expériences des agriculteurs de l’Association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF), et celles de l’étude de E-Cube. Nous présentons trois unités de méthanisation en fonctionnement depuis plus d’un an. Une petite méthanisation, qui intéresse beaucoup d’éleveurs voulant rester autonomes. Une méthanisation en collectif à huit éleveurs. Et une unité avec injection de biométhane dans le réseau gaz de ville. Ce modèle semble prometteur, et davantage poussé par les pouvoirs publics et GRDF.

Quand le politique bloque
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Dominique et Adrien Durécu « Nous valorisons beaucoup mieux nos prairies avec des petites parcelles. Les vaches pâturent plus et mieux. Et le résultat est payant ! » © E. Bignon
« Les vaches pâturent plus et mieux grâce au pâturage tournant dynamique »

La ferme de Dominique Durécu et de son fils Adrien, qui va s’installer au 1er juillet, possède un vrai…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière