Aller au contenu principal
Font Size

Les briques Mont Lait dans les linéaires

Les producteurs de lait de montagne sont en passe de réussir leur pari. Le lait de consommation identifié de leur propre marque vient de prendre place dans les premiers magasins.

LA BRIQUE MONT
LAIT affiche
sa différence
en se situant sur
les registres de
l’authenticité et
de l’acte d’achat
responsable.
LA BRIQUE MONT
LAIT affiche
sa différence
en se situant sur
les registres de
l’authenticité et
de l’acte d’achat
responsable.
© APLM

Les briques estampillées Mont Lait, la marque de l’association des producteurs de lait de montagne (APLM), devaient faire leur apparition début juin dans les linéaires des enseignes Leclerc et Carrefour. Un accord national a été signé avec les deux distributeurs afin que le lait soit référencé dans les centrales d’achat.


Dans un premier temps, l’objectif est de distribuer ce lait UHT dans le Massif central, coeur de la zone de collecte, et dans le Sud-Ouest et, à terme, de le commercialiser sur l’ensemble du territoire national.


Le prix de vente se situera entre les MDD et les marques nationales, plus proche de celles-ci. Un contrat de licence a également été signé avec l’entreprise Terra Lacta, qui conditionne le lait dans son usine de Theix (Puy-de-Dôme). En contrepartie d’une redevance, elle peut apposer la marque Mont Lait sur les briques.

Cette plus-value, négociée avec les distributeurs, sera reversée à l’APLM qui en fera un triple usage : un tiers sera ristourné à Terra Lacta pour compenser les surcoûts de la collecte en montagne, un tiers ira aux producteurs sous forme de plus-value et le dernier tiers alimentera le budget communication de l’association pour assurer la promotion de la marque.

Désormais, l’enjeu pour les producteurs, propriétaires de la marque et donc maîtres de la commercialisation du lait, est de lui faire prendre sa place dans les rayons.


« Le meilleur accueil à ces sympathiques envahisseurs »


Dans un premier temps, la communication sera ciblée sur les plateformes régionales et les magasins afin qu’il soit référencé et mis en avant. Les producteurs seront formés pour assurer des animations dans les magasins.


Les mille adhérents (600 exploitations) de l’APLM représentent un total de 178 millions de litres de lait, soit un tiers du lait du Massif central sans valorisation spécifique. Du volume identifié Mont Lait dépendra la plus-value qui leur sera retournée. Yannick Fialip, l’un des responsables de l’APLM, se veut résolument « optimiste » car cette démarche novatrice des producteurs est en phase avec les préoccupations des distributeurs, en recherche d’authenticité et de relocalisation des produits.

Leclerc établit ainsi un partenariat plus affirmé avec des producteurs. Michel-Edouard Leclerc ne s’y est pas trompé. Dans son blog, il s’enthousiasme pour « cette armée de producteurs laitiers motivés, prêts à envahir les supermarchés de France… pour y faire pacifiquement la promotion de Mont Lait ». Il invite les adhérents de son enseigne « à réserver le meilleur accueil à ces sympathiques envahisseurs ».

Carrefour, déjà très présent sur le lait montagne avec sa propre marque, pourrait la remplacer par Mont Lait si celle-ci fait ses preuves.

Terra Lacta enfin, qui n’a pas de marque nationale pour le lait de consommation, bénéficie ainsi d’une marque plus identitaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière