Aller au contenu principal

Les briques Mont Lait dans les linéaires

Les producteurs de lait de montagne sont en passe de réussir leur pari. Le lait de consommation identifié de leur propre marque vient de prendre place dans les premiers magasins.

LA BRIQUE MONT
LAIT affiche
sa différence
en se situant sur
les registres de
l’authenticité et
de l’acte d’achat
responsable.
LA BRIQUE MONT
LAIT affiche
sa différence
en se situant sur
les registres de
l’authenticité et
de l’acte d’achat
responsable.
© APLM

Les briques estampillées Mont Lait, la marque de l’association des producteurs de lait de montagne (APLM), devaient faire leur apparition début juin dans les linéaires des enseignes Leclerc et Carrefour. Un accord national a été signé avec les deux distributeurs afin que le lait soit référencé dans les centrales d’achat.


Dans un premier temps, l’objectif est de distribuer ce lait UHT dans le Massif central, coeur de la zone de collecte, et dans le Sud-Ouest et, à terme, de le commercialiser sur l’ensemble du territoire national.


Le prix de vente se situera entre les MDD et les marques nationales, plus proche de celles-ci. Un contrat de licence a également été signé avec l’entreprise Terra Lacta, qui conditionne le lait dans son usine de Theix (Puy-de-Dôme). En contrepartie d’une redevance, elle peut apposer la marque Mont Lait sur les briques.

Cette plus-value, négociée avec les distributeurs, sera reversée à l’APLM qui en fera un triple usage : un tiers sera ristourné à Terra Lacta pour compenser les surcoûts de la collecte en montagne, un tiers ira aux producteurs sous forme de plus-value et le dernier tiers alimentera le budget communication de l’association pour assurer la promotion de la marque.

Désormais, l’enjeu pour les producteurs, propriétaires de la marque et donc maîtres de la commercialisation du lait, est de lui faire prendre sa place dans les rayons.


« Le meilleur accueil à ces sympathiques envahisseurs »


Dans un premier temps, la communication sera ciblée sur les plateformes régionales et les magasins afin qu’il soit référencé et mis en avant. Les producteurs seront formés pour assurer des animations dans les magasins.


Les mille adhérents (600 exploitations) de l’APLM représentent un total de 178 millions de litres de lait, soit un tiers du lait du Massif central sans valorisation spécifique. Du volume identifié Mont Lait dépendra la plus-value qui leur sera retournée. Yannick Fialip, l’un des responsables de l’APLM, se veut résolument « optimiste » car cette démarche novatrice des producteurs est en phase avec les préoccupations des distributeurs, en recherche d’authenticité et de relocalisation des produits.

Leclerc établit ainsi un partenariat plus affirmé avec des producteurs. Michel-Edouard Leclerc ne s’y est pas trompé. Dans son blog, il s’enthousiasme pour « cette armée de producteurs laitiers motivés, prêts à envahir les supermarchés de France… pour y faire pacifiquement la promotion de Mont Lait ». Il invite les adhérents de son enseigne « à réserver le meilleur accueil à ces sympathiques envahisseurs ».

Carrefour, déjà très présent sur le lait montagne avec sa propre marque, pourrait la remplacer par Mont Lait si celle-ci fait ses preuves.

Terra Lacta enfin, qui n’a pas de marque nationale pour le lait de consommation, bénéficie ainsi d’une marque plus identitaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Damien Lacombe, président de Sodiaal
Sodiaal: un résultat courant 2020 tout juste à l’équilibre
La coopérative laitière annonce en 2020 un résultat courant consolidé à 1,3 millions d’euros, et un Ebitda au même niveau qu’en…
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
En dehors de la période hivernale, les veaux devront obligatoirement à partir de six semaines, avoir accès à une aire extérieure et/ou pouvoir pâturer.  © F. Mechekour
Le nouveau règlement européen bio se précise
Le règlement européen s’appliquera au 1er janvier 2022. Les changements les plus importants concernent les bâtiments.
Bcel Ouest, Evolution, GDS Bretagne et Copavenir fusionnent
Annoncée cet automne, la fusion entre Evolution, Bcel Ouest, GDS Bretagne et Copavenir sera effective à compter du 1 er…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière