Aller au contenu principal

Identification
Les boucles électroniques testées grandeur nature pendant deux ans

La profession lance huit projets pilotes sur la valorisation de l´identification électronique pour les bovins, avec une puce électronique logée dans une boucle.


Les responsables professionnels des filières lait et viande ont souhaité mettre en place, en coopération avec le ministère de l´Agriculture, l´APCA et l´Institut de l´élevage, huit projets pilotes dans différentes régions françaises sur l´utilisation des boucles électroniques. « La phase pilote, qui va durer deux ans, doit permettre d´évaluer et mettre au point les solutions techniques et économiques permettant la valorisation de l´identification électronique pour chaque maillon de la filière en vue d´une mise en oeuvre à terme sur l´ensemble du territoire », explique Alexia Rouby, en charge du dossier à l´Assemblée permanente des chambres d´agriculture (APCA).
Gains en temps, confort et fiabilité
Concrètement, la puce électronique est logée au sein d´une boucle « bouton ». Un modèle plus compact que les boucles actuellement utilisées, dites « portemanteaux ». Différents pays ont déjà mis ce système en pratique, notamment l´Australie, le Québec et le Canada. En Europe, l´Espagne teste aussi actuellement l´identification électronique, mais à partir d´un autre support : le bolus ruminal. Ingéré par l´animal, ce bolus reste stocké dans son appareil digestif.
Mais quel est l´intérêt du remplacement de la boucle conventionnelle par une boucle électronique ? « Un gain de temps d´abord, grâce à une lecture rapide automatisée qui pourrait faciliter la notification des mouvements d´animaux, notamment au niveau des opérateurs commerciaux et des abattoirs, avance Alexia Rouby. Le risque d´erreurs sur les numéros devrait également se réduire. C´est un atout de poids car la gestion des anomalies constitue une part importante du coût de l´identification, assumé en majeure partie par les éleveurs. »
D´autre part, un tel dispositif pourrait présenter des intérêts pour les éleveurs en termes de simplification de la gestion du troupeau. « En élevage, l´électronique est déjà présente dans différentes applications, mais chaque fabricant utilise son propre standard, qui peut se révéler incompatible avec les autres, ce qui limite fortement sa valorisation », analyse Alain Bazire, des chambres d´agriculture de Bretagne.
Plus compacte et moins en prise aux éléments extérieurs, la boucle bouton peut héberger une puce électronique. ©Institut de l´élevage

Simplifier la gestion du troupeau
Le lien possible avec les différents automates présents en élevage (DAL, DAC, robot, compteurs à lait.) est à étudier. De même que la valorisation de la puce dans le cadre du contrôle laitier, de l´insémination artificielle, etc. Tous ces points sont intégrés dans les projets pilotes, l´objectif étant d´aboutir à la compatibilité totale des systèmes. « Evidemment, cela nécessitera d´adapter les lecteurs utilisés en ferme aux normes internationales utilisées pour les boucles officielles », précise Alexia Rouby.
Si, au terme de ces projets, en 2009 il se confirme que le dispositif améliore la fiabilité et le confort dans la réalisation de certaines tâches à tous les niveaux de la filière, et permet de réduire certaines charges, le déploiement de l´identification électronique officielle sera lancé.

30 000 veaux testent les boucles boutons
Entre juillet 2006 et mars 2009, 420 élevages répartis sur douze départements, participent à des tests de boucles boutons, en vue de de l´agrément de ce nouveau système de marquage. « L´objectif de ces modèles est de mieux sécuriser la tenue des boucles, indique l´APCA. Les boucles boutons, comme toutes les boucles bovines agréées, doivent faire leurs preuves trente mois sur le terrain, mais aussi répondre à une série de tests en laboratoire pour vérifier l´inviolabilité, la résistance à l´abrasion, le vieillissement du plastique et du marquage, etc. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Après une pause estivale, de début juillet à fin août, Radio Prairies reprendra ses podcasts hebdomadaires sur le pâturage. © Groupe herbe Franche-Comté
En Franche-Comté, des podcasts pour parler de pâturage
Depuis le mois de mars, le groupe herbe Franche-Comté diffuse sur sa chaîne YouTube un podcast hebdomadaire de conseil sur le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière