Aller au contenu principal

Les bonnes pratiques d’utilisation du DAL

La vie collective imposée par le DAL accroît les risques sanitaires. Une bonne gestion des lots de veaux, une surveillance attentive et une hygiène rigoureuse sont donc indispensables.

Le réglage de la hauteur du DAL doit être correcte par rapport à la tétine pour que le flux de lait se fasse correctement.
Le réglage de la hauteur du DAL doit être correcte par rapport à la tétine pour que le flux de lait se fasse correctement.
© A. Conté

Plusieurs de nos interlocuteurs ne cachent pas leurs réserves vis-àvis du distributeur automatique de lait (DAL). « Cet outil pose des problèmes », affirme d’emblée Benoît Michenot, technicien au GDS de Loire-Atlantique. Mais, plus que l’équipement lui-même, ce sont les pratiques d’utilisation qui sont à l’origine des soucis sanitaires qu’il observe régulièrement dans les élevages. « Objectivement, un nombre assez conséquent d’élevages équipés de DAL a des difficultés à maîtriser les troubles respiratoires. Une majorité d’entre eux sont obligés de mettre en place des protocoles vaccinaux », ajoute-t-il.

« Il y a des élevages où le DAL fonctionne très bien et d’autres qui le démontent au bout de deux ans », complète Stéphane Daval, vétérinaire technique chez Merial, après avoir longtemps exercé dans un cabinet en Loire-Atlantique. « Il faut voir aussi le côté positif du DAL, qui permet parfois de régler des problèmes liés aux bonnes pratiques de préparation de la buvée avec la distribution aux seaux, observe Julien Jurquet, de l’Institut de l’élevage. À partir du moment où on s’assure de son bon fonctionnement, le DAL a le mérite de faire une préparation homogène et à la bonne température. »

Idéalement, pas avant l’âge de trois semaines

Pour les trois experts, le bon usage du DAL passe d’une part par la « bonne gestion des lots de veaux », d’autre part par des « pratiques bien calées ». Dans l’idéal, ils estiment qu’il ne faudrait pas mettre des veaux en cases collectives avant l’âge de trois semaines. « Quand on met des veaux de cinq à six jours dans des grands lots où il y a des phénomènes de concurrence, où les écarts sont importants sur les plans comportemental, physiologique, statut immunitaire…, avec un outil qui favorise la propagation des pathologies, on s’expose à de grosses difficultés », affirme Benoît Michenot.

« Certains éleveurs arrivent à réduire ce délai, parfois jusqu’à sept jours, mais cela nécessite une bonne maîtrise sanitaire, c’està- dire une parfaite maîtrise du transfert immunitaire (confort et alimentation des vaches taries, distribution du colostrum, vaccination des vaches…), nuance Stéphane Daval. Lorsqu’on installe un DAL, il faut maîtriser les aspects sanitaires parce qu’il est un amplificateur de problèmes existants. »

« Partant du principe de réalité que l’éleveur s’équipe d’un DAL pour se simplifier la vie et donc souhaite l’utiliser dès que possible, on peut accepter de mettre les veaux en cases collectives avec DAL au bout de cinq-sept jours, mais en constituant un lot dont l’écart d’âge entre les veaux est inférieur à trois semaines, voire moins si c’est possible », affirme pour sa part Julien Jurquet...

Retrouvez cet article dans son intégralité dans le numéro de septembre de Réussir Lait, pages 108 à 110.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière