Aller au contenu principal

Energie d´origine agricole
Les biocarburants de deuxième génération sont attendus d´ici dix à quinze ans


Les biocarburants de deuxième génération ont trois origines possibles. Ils peuvent provenir de résidus agricoles et industriels (pailles de céréales, tiges de maïs, colza ou tournesol, cagettes.), des ressources forestières (résidus de bois, souches.) et des cultures spécifiquement dédiées à cette production. Parmi ces cultures, on entend beaucoup parler de plantes pérennes comme le miscanthus (10 à 30 t MS/ha/an) ou le switchgrass (10 à 20 t MS/ha/an), qui se distinguent par une production de biomasse ligno-cellulosique à l´hectare élevée, avec peu d´intrants. L´utilisation de cultures plus classiques telles que le triticale, la luzerne ou le sorgho pourrait aussi se révéler intéressante.
Selon le type de produits utilisés (résidus agricoles ou cultures dédiées), le procédé de transformation apparaît différent. Il en existe deux : la voie thermochimique (gazéification à haute température) et la voie biochimique (hydrolyse enzymatique).

Des avantages environnementaux
Par rapport à la première génération, les biocarburants de deuxième génération présentent trois avantages. Tout d´abord, leur productivité à l´hectare se révèle nettement supérieure. Pour une même quantité de biocarburants, ils nécessitent six fois moins de surfaces. « Alors qu´un hectare de colza permet de produire 1,2 tep (tonne équivalent pétrole), un hectare de miscanthus produirait jusqu´à 7 tep », estime l´Inra. Ensuite, leur efficacité en termes de réduction des gaz à effet de serre apparaît nettement supérieure. « L´éthanol produit à partir de la ligno-cellulose pourrait permettre une réduction des émissions de gaz à effet de serre dans une fourchette de 75 à 89 %, et le biodiesel de seconde génération une diminution de 96 %. »
Enfin, ces nouveaux biocarburants sont issus de productions agricoles plus diverses pouvant être cultivées dans des conditions pédoclimatiques variées, et à partir de cultures économes en eau. D´après l´Inra, « ils se révèlent ainsi plus intéressants sur le plan de l´environnement et de l´occupation du territoire ».
Actuellement au stade de l´expérimentation, ces biocarburants de nouvelle génération bénéficient d´un effort de recherche important, notamment pour abaisser les coûts de fabrication à l´échelle industrielle.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Florian Salmon. « La diversité des systèmes de production rend plus difficile l’investissement collectif en matériel. »  © F. Mechekour
« Je cible mes investissements sur l’atelier lait »
En Ille-et-Vilaine, Florian Salmon a misé sur des robots de traite, la délégation de la distribution de la ration des vaches, le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière