Aller au contenu principal

Les atouts de la séparation de phases

Séparer la phase solide et la phase liquide du lisier permet de réduire les besoins de stockage et facilite l’épandage. Une technique qui, avec l’agrandissement des troupeaux et l’évolution de la réglementation, mérite qu’on s’y intéresse.

© C.Pruilh

Bien connu des élevages hors sol, la séparation de phases des lisiers et des digestats issus de la méthanisation commence à percer dans les élevages bovins lait. Après un essor dans les élevages bovins lait d’Europe du Nord, la séparation de phases gagne la France. Les constructeurs étoffent leur offre, avec des nouveautés depuis un an.

Le développement des systèmes lisier et lisier pailleux est un élément d’explication. Le deuxième est l’évolution de la réglementation (directive Nitrates, installations classées…) qui réduit les possibilités d’épandage des lisiers, et augmente les besoins de capacités de stockage des lisiers et des fumiers, notamment des fumiers mous. La concentration de l’élevage dans certaines régions, alors que d’autres régions se spécialisent dans les cultures, confirme l’intérêt de séparer les phases, pour pouvoir exporter la phase solide. Celle-ci est désodorisée, pouvant faciliter les relations avec le voisinage.

Les matériels ont été développés initialement pour les élevages de porcs. Le lisier de bovin contient de la litière. Il est plus riche en matière sèche qu’un lisier de porc. La difficulté est la présence de paille, ou de brins de foin tombés dans le lisier, qui peuvent enrayer les machines.

Des éleveurs ont connu des déconvenues : bourrage, grilles qui se fendent sous la pression… Depuis, les modèles évoluent, mais il faut malgré tout être particulièrement vigilant quant à la préparation du lisier en amont du séparateur, et à l’entretien du matériel.

Le gros frein est le coût de la séparation de phases. Il inclut le coût du séparateur, mais aussi les aménagements des ouvrages de stockage, les tuyaux et pompes, sans oublier son coût de fonctionnement (consommations électriques) et de maintenance. Pour 100 à 150 vaches, on peut monter à 60 000 euros d’investissement.

L’avenir de la séparation de phases en élevage bovin passera peut-être par le collectif. Un séparateur de phase mobile en Cuma qui tourne sur plusieurs dizaines d’élevages, ça existe déjà en France !

L’objectif de ce dossier est de vous apporter un bon aperçu des possibilités qu’offrent les différents systèmes de séparation de phases.

SOMMAIRE du dossier

Page 30 : De multiples raisons de gérer deux phases - Agronomie, réglementation...

Page 32 : Tamis vibrant, vis, rouleaux : Trois systèmes pour des utilisations différentes

Page 38 : "Les réglages influencent fortement la teneur en matière sèche" - À la ferme expérimentale de Trévarez

Page 40 : Un séparateur mobile pour trente utilisateurs - À la Cuma du Beaufortain

Page 44 : «Avec nos rouleaux, nous gérons mieux les effluents» - Au Gaec de la Brandonnière

Page 47 : "Le tamis vibrant est adapté à nos besoins actuels" - Au Gaec des Moulins de Kerollet

Page 48 : "Nous séchons notre phase solide de digestat" - A la SARL Eurek'Alias

Page 48 : "La phase liquide séchée enrichit la phase solide" - A la SAS Clottes Biogaz

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière